Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : le blog attentiontravaux.suite
  • : Famille, lectures, humeur du jour.
  • Contact

  • bricol-girl

visiteurs

Archives

Articles Récents

2 décembre 2007 7 02 /12 /décembre /2007 08:03
IMG-0673.JPG

Un petit tour dans le potager en sommeil gardé par les animaux censés à la belle saison éloigner les merles et autres volatiles. Dans le garage quelques cartons de décorations de noêl attendent mon bon vouloir, l’idée je l’ai, ouf j’ai bien failli manquer d’inspiration cette année. Mon devoir sans U est rendu, je suis un peu « désactivitée » mais rien de grave, c’est dimanche, le marché m’attend avec ses oranges à 2 vitesses, grosses mais insipides ou petites comme des billes mais avec un semblant de gout. Me revient à l’instant même où j’écris le souvenir de la route pour aller à Aïn-Taya, bordée de chaque côté d’orangeraies, le parfum qui s’en dégageaient au moment de la floraison, aucun « nez » n’a pu encore le recréer, il y avait comme un subtil mélange de parfums indéfinissables.  Dans le marché couvert malheureusement je ne peux plus parler d’aromes, et odeur est un peu faible, c’est dans des endroits tels que l’on apprend à ne pas être délicate, surtout en arrivant devant l’étal du boucher ! Mais comme il fallait bien manger tous les jours et que les marchands avaient toujours et le sourire et le geste qui font plaisir, nous pouvions bien passer sur l’hygiène approximative, trop contentes de trouver de quoi remplir le couffin encore une fois. En Algérie entre 77 et 81 les périodes de pénuries étaient fréquentes, le leit-motiv « ah ça manque » pouvait s’appliquer à des articles aussi nécessaires que le PQ (nous le faisions venir de France par les amis et collègues) la farine ou les piles.

Il ne manquera rien tout à l’heure sur la marché rien sauf l’ambiance si particulière, le soleil et le bruit des vagues.

Partager cet article
Repost0

commentaires

S
Tiens, tu as fait remonter des souvenirs là... Moi, je me souviens du monsieur chez qui on achetait les oranges, il prennait sa serpette, faisait des entailles à une orange et nous les donnait, on n'avait plus qu'à tirer pour enlever la peau. Qu'est-ce qu'elles étaient bonnes!
Répondre
C
ton article me fait revenir en mémoire le marchéde Ras-jesbel.;en Tunisie.;oh ces odeurs,ces têtes de vaches exposées...mais quelle douceur et quelle chaleur dans ces marchands..bon lundi!
Répondre
P
Et peut-être un peu de picaillons dans l'escarcelle. Nous le remarquons le matin, au petit troquet du coin, il y a moins de gens présents. Bonne soirée.
Répondre
M
Certes, il n'y avait peut-être pas tout...Mais tout ce qu'il y avait on avait les moyens de l'acheter...Serait-ce le cas à  Souppes ?
Répondre
P
Bien agréable de retrouver le soleil et les odeurs de l'été dans ton texte par un temps si pluvieux et venteux.
Répondre