Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : le blog attentiontravaux.suite
  • : Famille, lectures, humeur du jour.
  • Contact

  • bricol-girl

visiteurs

Archives

Articles Récents

27 mars 2008 4 27 /03 /mars /2008 07:00
Dscn0019.jpg

"On ne sait jamais rien du destin d’une maison, qu’on la recoive ou qu’on l’acquière son avenir nous échappe à l’instant même où les actes notariés sont signés*". Et encore moins de nos jours où la précarité et ses conséquences peuvent s’abattre sur nous au moindre faux pas de la chance.

En 1971 quand nous avons acheté la maison où nous vivons toujours à quoi pensions-nous en sortant de chez le notaire ? A rentrer vite pour installer tableaux et meubles, les remerciements à Bonne-Maman avaient déjà été faits et nous baisions la trace des pas de Maky chaque jour, la maison appartenait à la société qui l’employait, coup de chance. Je n’imaginais même pas qu’en 2008 je parlerais de cette grosse bâtisse sur un blog, je ne me projettais pas dans les années 70 qui nous enverraient pour 4 ans en Algérie, en 1971 Fille Unique avait 4 ans, elle tissait  des liens de grande complicité avec son arrière grand-mère qui allait habiter aussi la grande maison et déjà son sourire nous enchantait. Je n’avais pas pas la moindre idée des travaux que nous allions y faire , avais-je seulement le début d’un soupçon de ce que l’avenir allait nous réserver, non !  Nous vivions au jour le jour, nous étions une famille unie et la vie a été indulgente avec nous, les plus gros chagrins sont venus avec ceux de Fille Unique, les plus grandes joies aussi. Depuis quelques années j’ai bien conscience  que la maison ne sera pas transmise, je le comprends et l’accepte mais en attendant la maison réclame nos soins réguliers et nous lui devons assistance et reconnaissance pour nous avoir abrité depuis si longtemps.

* j'emprunte ces quelques lignes à Pierre Assouline dans son introduction du Dernier des Camondo


Partager cet article
Repost0

commentaires

L
une bien belle maison Mab... elle semble très grande... vous en profitez tous... mais qui peut dire ce qu'elle deviendra quand vous ne serez plus là ....dans notre société les jeunes bougent... mais sans doute ta fille aura envie.. plus tard... de la garder et elle deviendra encore un lieu de rencontres pour elle et les enfants !!!!!je te souhaite une bonne nuit
Répondre
B

grande, grande...tu sais je suis petite mais j'ai besoin de beaucoup de place et c'est un luxe de pouvoir disposer d'espace


K
Une maison, c'est un peu comme une personne. La tienne, elle te sort pas par les trous de nez, de temps en temps ?
Répondre
B

Non jamais, jamais, jamais


L
Bien belle maison...Dans notre famille, des deux côtés nous avons dû faire des choix... Des propriétés de famille ont été vendues parce que gouffre financier. D'autres appartiennent à présent à des personnes de la famille que nous voyons rarement. A la mort de mes parents, j'ai choisi d'avoir une somme d'argent pour permettre à mes frère et soeur aînés de garder les maisons d'enfance et de campagne...J'ai appris le renoncement (et la nostalgie, parfois !). Mais ce qui est important est de savoir qu'il y a toujours des personnes dans le lieu que nous avons aimé, même si nous ne les connaissons pas...Lorsque j'ai quitté notre premier appartement parisien. Je tenais brunette par la main et ensemble nous avons dit au revoir et merci à ces pièces qui avaient abrité notre bonheur de jeune couple et de jeunes parents. Les maisons ont une âme...
Répondre
B

Les maisons ont une âmes et vivent avec nous le meilleur comme le pire.


L
Nous avons souvent changé de maison. La seule qui soit permanente c'est celle qui se trouve dans l'Allier, dans "ma campagne"
Répondre
B

Ta campagne que tu adores si j'ai bien compris les billets.


P
Nous habitons depuis 14 ans une des plus vieilles maisons de la ville et je me demande souvent ce que les murs ont gardé du passage des anciens propriétaires et  garderont du notre.
Répondre
B

Tu sais qu'à une époque les murs avaient des oreilles!!!