Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : le blog attentiontravaux.suite
  • : Famille, lectures, humeur du jour.
  • Contact

  • bricol-girl

visiteurs

Archives

Articles Récents

17 juin 2009 3 17 /06 /juin /2009 06:50






L’autre jour, en plein repassage mon esprit vagabonde, « pongé de soie » surgit des limbes de mon cerveau en même temps que la cruelle constatation : A qui  vais-je demander maintenant si un jour j’ai dans les mains un tissu que je ne saurais pas identifier.

A qui  vais-je dire « tiens, lis ce livre, il est super »

A qui demander sur une vielle photo le nom de celui ou celle que nous n’avons jamais connu.

Elle nous a dit, raconté, appris beaucoup de choses, nous ne l’avons pas toujours écouté avec attention, croyant que nous avions le temps.

Les jours passent et souvent notre premier réflexe est : je vais lui dire, ou bien elle va être contente, quand elle reviendra…oubliant qu’elle n’est pas en vacances.

Les questions restent sans réponse.

Une chose me met du baume au cœur, je suis contente de ne pas faire partie du quotidien de Fille Unique, mon départ quand il se produira la démolira moins.

Dépositaire maintenant de l’œuvre de sa vie, son jardin, j’accomplis avec plaisir les tâches qu’elle faisait, je rale un peu devant les plates-bandes dans lesquelles je ne peux même pas mettre un pied pour couper les fleurs fanées après le passage de la pluie.

J’ai pris chez elle un petit guéridon, je l’ai toujours vu dans la maison, je ne sais pas d’où il vient, d’un café, d’un jardin d’hiver, elle nous l’a dit sûrement mais j’ai oublié…

Partager cet article
Repost0

commentaires

M
ton billet me touche beaucoup car je me fais souvent cette remarque "j'aurais dû lui demander"
Répondre
B
Ma fille , qui est venue il y a 15 jours m'a surprise en pensant qu'elle avait connu mon père ( donc son grand-père alors que celui ci n'a connu aucun de ses petits enfants , elle a joué avec sa pipe toute petite , ceci explique peut- être cela
Répondre
L
Il faut du temps Mab.... l'absence ne s'efface pas... bises
Répondre
L
pas facile au début de s'habituer à l'absence
Répondre
M
Comme les mots de Patriarch sont durs alors que les tiens sont empreints de tendresse ! Je ne me hasarderai pas à dire quoi que soit. Chaque histoire étant différente dans toutes ces familles disparates dont nous nous sommes issus.
Répondre