Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : le blog attentiontravaux.suite
  • : Famille, lectures, humeur du jour.
  • Contact

  • bricol-girl

visiteurs

Archives

Articles Récents

21 mars 2007 3 21 /03 /mars /2007 17:22


Paris-Plage le 27 septembre 1915.

 

Ma maman chérie.

Ce mot pour te dire que j’arriverai mercredi 29 à 15 h du soir, gare du Nord. Il est plus commode pour fermer la maison que ns partions le 29 au lieu du 30. Je te raconterai de vive voix des choses très amusantes, pour le moment je te dis seulement que tous les jours à 5h Jean et moi nous nous promenons sur la digue avec 2 officiers anglais.

Le temps est moins beau mais la pureté de l’air est délicieuse. Je reviens avec une aussi bonne mine qu’à mon départ. Quelle joie de te revoir.

Tendres, tendres baisers. Ton O.

 

 

Odette toujours en demande d’affection, Odette et ses horaires à la minute prés, Odette comme toujours en attente de retrouver sa mère, Odette et les jeunes gens, un, en particulier semble t-il. Où a-t-elle rencontré ce Jean P. ? Je sais qu’il est joli garçon, lui aussi a de nombreux cousins, dans sa famille protestante également, la foi tient une grande place, on se dévoue aux autres de bien des façons.

Odette s’inquiète de la session de septembre du « bachot » qui a été annulée, devait-elle le passer ? Je ne le saurais jamais.

Pères, fils, oncles, frères, cousins, la plupart des hommes sont partis au front ou vont partir, la famille resserre les rangs à Grainville autour des grands-parents, les femmes sont maintenant conscientes de leur valeur et rien ne leur fait peur, une femme égale un homme, dorénavant il faudra compter avec elles. Odette a un filleul de guerre belge, elle le gâte comme elle peut avec des lettres et des colis. Son amitié naissante avec Jean P. exalte son âme romantique, l’absence de Robby est lourde à porter, elle lui écrit des lettres enflammées, réclame des nouvelles et passe sa vie à attendre le facteur. Odette a mûri maintenant et se permet de donner des conseils à sa voyageuse de mère ainsi que de critiquer certaines personnes qui s’avisent de lui tourner autour, elle ne se gène  pas non plus pour écrire que tante Marthe ne s’intéresse pas du tout à la guerre, que les petits cousins sont des diables et qu’elle ne voyagera pas avec eux, après tout ils sont 3 et  ont chacun leur bonne. Odette se rebiffe un peu et c’est bien.

















Partager cet article
Repost0

commentaires

N
Odette me plait. Elle prend du galon dans la vie dans les circonstances de la guerre.
Répondre
B
Nécessité oblige n'est-ce pas!
B
ils sont trois et ont chacun leur bonne...et ben !
Répondre
B
Il étaient trés durs semble -t-il.
D
Tres émouvant ... le passé nous raconte une histoire ...bonne journée
Répondre
B
Le passé est fait pour ça, pour être partagé aussi.
L
j'avoue que je reste ébahie sur la composition de tes textes agrémentés de photos anciennes comme je les aime !
Bonne soirée
Répondre
B
Ebahie, il n'y a pas de quoi quand même, mais ça fait plaisir les compliments. bonne journée.
H
C'est normal qu'Odette prenne de l'assurance, c'est la guerre, les femmes découvrent la liberté...
Répondre
B
Normal et bénéfique.