Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : le blog attentiontravaux.suite
  • : Famille, lectures, humeur du jour.
  • Contact

  • bricol-girl

visiteurs

Archives

Articles Récents

14 avril 2007 6 14 /04 /avril /2007 07:02

C’est maintenant dans le journal d’Odette que je reprends le cours de sa vie, le bébé qu’elle attendait n’était pas un gros garçon mais une petite Monique  qui a vécu un jour, à partir de ce moment là je lis une grande tristesse bien évidemment, mais aussi une quête d’absolu,d'idéal et de pureté, la mort de son frère lui pèse de plus en plus, elle l’idéalise à un point tel qu’il est permis de penser que son mari a du en souffrir, tout son être est tendu vers Dieu, Odette vit dans l’espérance d’une nouvelle grossesse.

Le 19 février 1920 elle relate qu’elle s’est rendue sur la tombe de Robby à Hangar, apaisement, souffrance  et révolte sont les mots qu’elle utilise pour qualifier cette journée.

Le 6 septembre elle écrit qu’enfin la chance d’une deuxième grossesse lui est donnée. Attente dans la joie mêlée d’anxiété. Elle souhaite se montrer "bienfaisante et meilleure", elle pense sans cesse à Robby, l’appelle dans ses prières…la mort est omniprésente dans ses pensées.

11 mars 1921 Odette met au monde un petit Renaud qu’elle surnomme tour à tour « bébé-alouette » ou « mon chevalier » elle lui parle sans cesse de Robby dont la photo trône dans la chambre du bébé. Cet enfant la comble de bonheur mais toujours revient dans son journal la perte de son frère dont elle ne peut se remettre, il n’est question que de la grandeur de son âme. Un héritage bien lourd à porter pour un bébé.

Le 12 juin 1922 une jolie petite Michèle est née.

Le journal et la correspondance s’arrêtent là.

 

Le 2 août 1923, emportée par une maladie fulgurante Odette est partie rejoindre son frère, elle a 26 ans et  laisse 2 enfants de 2 et 1 an, un mari et une mère qui après son mari et son fils perd sa fille chérie.

La famille a dit aux deux enfants que leur mère est montée au ciel, jamais on ne les a jamais emmené sur sa tombe, ils n’ont bien sur aucun souvenir de cette époque.

A partir de ce moment-là Jeanne leur grand-mère, qu’ils appellent Mamine, va leur donner tout l’amour et toute l’affection qui leur est due, jusqu’à sa mort à 88 ans ils vont lui vouer une tendresse sans borne.

Emmanuel se remariera en 1930, il aura un fils qu’il appellera Guy. Il sera veuf une deuxième fois et se remariera une troisième.

En 1944 Renaud a épousé Pomponette et je suis là aujourd’hui pour clore le chapitre Odette, je n’ai pas retranscris des extraits de son journal, c’est trop intime, trop triste, trop exalté. Drôle d’impression que d’être plus âgée que sa grand-mère !

Michèle, Tante préférée, vit toujours et habite Avignon.

Quand en août 2003 j’ai emmené papa à l’hôpital il était un peu désorienté par la fièvre, je lui ai demandé : « Tu sais ou je t’emmène ?» « Au ciel » m’a-t-il répondu. La boucle était bouclée. Il est mort le 12 août, le même mois que sa maman, victime comme tant d’autres de la canicule.

Toute son enfance on lui a vanté la grandeur d’âme de son oncle Robby ce n’était pas fait pour valoriser un enfant orphelin à 2 ans. Mentionner la guerre de 14-18 lui faisait monter les larmes aux yeux. Heureusement qu’il a rencontré Pomponette qui a mis la couleur du sud dans sa vie pour contrer un peu la rigueur protestante.

Partager cet article
Repost0

commentaires

N
Mab, je poste ce com avec du retard. Je ne t'ai pas lue depuis quelques jours car j'ai eu des soucis serieux avec un de mes enfants.
La vie d'Odette m'a toujours fascinee. J'en lis la fin. Je suis tres emue mais heureuse aussi qu'Odette ait en toi une heritiere qui aime et celebre la vie.
Répondre
B
J'espère que ce n'est pas trop grave quand m^me. Bon courage.
L
très belle (et triste) histoire.
Répondre
B
Comme beaucoup d'histoires de famille de cette époque.
L
C'est triste de laisser deux enfants sans maman si jeune, mais s'ils n'ont aucun souvenir, le moment présent ,ils ont dû ,  eux aussi verser des larmes . Quelle chance ces souvenirs et ces photos  !
Bon weed-end
Répondre
B
Merci lilounette.
M
Bonjour,
Une belle page de vie même si certains souvenirs blessent le coeur. Je pense que notre vie actuelle (sans la guerre) nous offre quand même de très grande joie. Je dis quand même car nous ralons trop souvent à mon goût. Dans une époque pourtant proche, il n'y avait pas tout cela. Mais il y avait quelque chose de très précieux que nous perdons parfois, l'amour.
Ton billet m'a émue tu vois et j'en suis boulversée.
Je t'embrasse et je te souhaite une très bonne journée ainsi qu'à vous tous
Marie Christine
Répondre
B
Oui nous ralons trop pour des vétilles. Bonne journée.
F
Odette a eu une vie bien triste, heureusement qu'elle a pu avoir des enfants, elle y a trouvé un peu d'apaisement. Merci MAB, je suis émue .par ce billet, il contient tellement,
Répondre
B
J'avoue que l'écrire a été un peu difficile.