Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : le blog attentiontravaux.suite
  • : Famille, lectures, humeur du jour.
  • Contact

  • bricol-girl

visiteurs

Archives

Articles Récents

8 décembre 2009 2 08 /12 /décembre /2009 04:59
Leur nom cité 1000 fois au moment des faits ce n’était pas assez sans doute, depuis 1 semaine la bande annonce martelée toutes les heures nous enjoint de ne pas rater ça et moi je n’ai qu’une pensée « Comment les enfants vivent-ils ça ? Pourquoi donner les noms, des images, comment se reconstruire après une telle épreuve »
Je n’aime pas beaucoup le genre « docu fiction » mais j’ai déjà apprécié le travail du réalisateur, je sais qu’il ne va pas prendre de liberté avec la réalité des faits et surtout je voulais tenter de comprendre l’incompréhensible.
Comment, pourquoi une mère en arrive t-elle à tuer ses bébés ?
Malgré tous les psy, toutes les explications sur le déni, j’ai toujours du mal à comprendre et je pense aux enfants (ceux qui n’ont pas connu le congélateur ou la cheminée) qui vont à l’école, ils ont sans doute  des copains qui se feront un plaisir de remuer une fois de plus le couteau dans la plaie à vif.
Magistralement interprétée la partie fiction ne m’aide pas beaucoup à saisir les motivations profondes (si elle en a) de cette femme.
La partie documentaire avec les temoignages des proches est presque dérangeante, quant au mari il reste un grand mystère pour moi.
C’était à la télé hier soir…
Partager cet article
Repost0

commentaires

B

Je suis pliée de rire par la remarque du Goùt , je pense aussi qu'il y a une part de psychose ou une personnalité psychotique pour arriver à trois dénis , je n'ai pas regardé l'émission , il y a
des femmes qui se construisent et se "réparent" en faisant des enfants , elle , elle se détruisait  . Mais c'est complexe , l'humain est capable de tout !


Répondre
C

J'ai retenu cet instant où elle raconte sa surprise et son émotion, lorsque sa vie a été en jeu, de s'apercevoir qu'autour d'elle on l'aimait. Que son mari l'aimait. Que ses enfants l'aimaient.
Comme si c'était une découverte, et une découverte incroyable, une surprise qui la submergeait qu'on puisse l'aimer au moment où elle risquait de mourir.

Elle a vécu à côté de sa vie, à côté de son corps, à côté des siens comme une ombre quasi invisible. Je ne crois pas qu'il faut essayer de comprendre. Je crois que ce n'est pas possible. Ce qui
s'est passé a eu lieu dans une autre dimension.



Répondre
L

Alors ?
Pas réveillée ?


Répondre
F

Si encore c'était un cas isolé... une fois par siècle par ex (ce qui serait déjà incompréhensible mais de l'ordre de l'insondable de la nature humaine citée par Barangère) Mais non, même pas si
rare ... Et pas nouveau non plus...


Répondre
S

je ne vois pas l'utilité de montrer ce truc si ce n'est pas accompagné d'un discours psy à la portée de tous pour éviter d'autres cas de déni de grossesse qui, assez souvent, se terminent
dramatiquement.


Répondre