Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : le blog attentiontravaux.suite
  • : Famille, lectures, humeur du jour.
  • Contact

  • bricol-girl

visiteurs

Archives

Articles Récents

4 juin 2009 4 04 /06 /juin /2009 07:31





Hier matin j’avais reçu la mission, acceptée, de trouver à Béthanie de vieux tapis à mettre sous la piscine, en effet Victor et Maky, sont des princesses au petit pois, leurs pieds sont délicats et le moindre petit gravier déclenche des cris de douleurs.


Mission accomplie mais pas seulement, une valisette très 70 me fait de l’œil, orange prometteur et quand je l’ouvre c’est une poupée Bella et toute se garde-robe qui m’émerveille, perruque et chaussures à talon grande comme un ongle…Combien ? pas cher du tout.


Quand Eugénie sera une Fille Unique, une vraie, quand son bonheur sera non pas de déshabiller ses filles mais de les parer de 1000 atours, tous faits mains, elle recevra ce « somptueux cadeaux ». En attendant, je vais laver, recoudre quelques points  et repasser la garde robe microscopique.

Il faisait chaud hier pour l’installation de la piscine mais comme elle m’a volé mon fonds de  commerce, je ne mets pas de photos, manquerait plus qu’elle parle de tomates, je n’aurai qu’une seule solution, fermer ce blog !


Allez monsieur météo, un petit effort pour samedi et dimanche, j’ai trop envie de voir Eugénie dans son maillot à volants.
Partager cet article
Repost0
3 juin 2009 3 03 /06 /juin /2009 07:26

Parce que nous sommes en juin, parce que normalement l’été arrive, et surtout parce que les petits viennent exceptionnellement passer 2 petits jours avec nous, pas d’autre alternative que d’installer la piscine.

La terrasse qui doit la recevoir est vierge de pommes de pin, le chèvrefeuille allégé, yapuka  sortir la bête, la positionner à peu près droite, gonfler le boudin et la remplir d’eau.

Comme il est dit sur la notice « vous pourrez même l’emmener en week-end » ben voyons !!! Sachant que ç’est lourd comme un âne mort, qu’il faut 12 heures pour la remplir et plus pour la vider et la sêcher, on nous prend pour des c**s.

Qui aurait envie de faire tout ce tintouin pour 2 jours ?

Donc c’est aujourd’hui que l’opération piscine aura lieu et que le temps soit estival ou pas je sais déjà que Victor y passera de longues heures, qu’Henri sautera dedans  avec force, histoire d’embêter le précédent, qu’Arthur sera l’iniateur de jeux et qu’Eugénie hurlera pour ne pas en sortir, ambiance garantie.

Je me baigne rarement quand ils sont dedans, sauf supplications « Maaaaaaab fais nous le crocodile ».

Je préfère profiter de cet espace seule, sans éclaboussures, sans pistolet à eau, et sans bruit. Allongée sur un matelas, le sapin au-dessus de moi, je pourrais presque me croire  dans une crique méditerranéenne.

Partager cet article
Repost0
2 juin 2009 2 02 /06 /juin /2009 06:36

De 77 à 81 nous avons vécu 4 ans en Algérie, coopérants privélégiés, tous les 3 mois je rentrais en France avec Fille-Unique, chien et bagages, Maky, pour le travail bien plus souvent.

Comme les Algériens nous préférions voyager sur Air France, négligeants la compagnie locale et ses boites à outils éventrées sur le tarmac au moment du départ.

Dans tous ces allers et retours, rien de dramatique n’est arrivé, mais je peux comprendre l’angoisse, à un niveau bien différent, de ceux qui attendent en vain un avion, des amis, de la famille.

Un brouillard à couper au couteau nous a empêché un jour de décoller d’Orly, nous sommes transportés en bus ver Roissy, « pas d’inquiétudes, vos bagages suivent » les bagages je m’en moque mais Yago dans sa caisse…

Je ne veux pas que mon chien soit oublié, les calmants font effet quelques heures, s’il se réveille avant de me voir, ça va être rock and roll !

Les heures tournent, les scénari les plus fous prennent possession de mon esprit, le retard s’accumule, enfin nous décollons, et arrivons à Alger.

Les bagages sont bien là, mais de chien point. Heureusement nous connaissons beaucoup de monde,  et pouvons passer derrière, dans les entrailles du hangar des bagages non réclamés, des containers en attente et du personnel fatigué qui dort sur des sacs que leurs propriétaires attendent.

C’est bien ce que je craignais, Yago s’est réveillé et personne n’a voulu approcher de sa cage. Ouf, tout va bien, il n’a pas été détourné, n’est pas resté à Roissy et se calme en nous voyant.

Rien de comparable bien sûr avec ce que vivent actuellement les familles des disparus du vol d’hier.

Rien de dramatique, juste une petite bouffée d’adrénaline qui survient quand on attend un peu plus que d’habitude. 

Partager cet article
Repost0
1 juin 2009 1 01 /06 /juin /2009 06:32



Et je ne vais pas m’en priver, intarrissable que je suis quand il s’agit des mes 4 petits-enfants, ce matin c’est O BLI GE.


Il y a 13 ans Fille Unique nous offrait un premier cadeau. Né pendant une manifestation de cyclistes, sorti de l’Hôtel Dieu, 3 jours après lors d’une manifestation cégétiste, nous pouvions craindre que sous de tels auspices il serait revendicatif, point du tout, c’est un enfant raisonnable, épris de justice, un brin manipulateur certes, doué pour rouler ses frêres et sa grand-mère dans la farine, toujours d’humeur égale et fin diplomate.


Il n’a jamais voulu être pompier ni astronaute, seulement éléveur de serpents. A son dernier séjour, dompter les énergies naturelles semble être son souhait. Il a tellement vu ses parents courir après les euros que le « ça gagne bien » est important.


Par les temps qui courent je lui souhaite d’aborder l’adolescence sereinement sans les artifices de l’alcool ou de la drogue, les reportages que je vois à la télé sont terrifiants.


13 ans de joie et de satisfactions, 13 ans de Maaaaaaaaaaaaaaaab…Non mon Titou, tu es trop grand maintenant pour que je te mette sur le lavabo, oui, oui, ça y est tu es plus grand que moi peut-être mais c’est toujours moi qui détient le pouvoir et puis de toutes façons même à 30 ans tu seras toujours mon Titou, mon premier, celui qui nous a redonné un regain d’énergie, une nouvelle jeunesse.

Merci à toi ma chérie pour ce cadeau .

Partager cet article
Repost0
31 mai 2009 7 31 /05 /mai /2009 06:51

 

J’ai vécu toute la semaine avec un jour d’avance, aussi aujourd’hui ai-je l’impression de piétiner, non ce n’est pas lundi, je ne dois pas zapper le marché et les flons-flons de la fête du village me scandent, quand le vent les amènent vers moi, « c’est dimanche, ce soir feu d’artifice et demain soir l’orage habituel ».

C’est bien dimanche, la rue se remplit de voitures qui engloutiront les victuailles achetées sur le marché, les enfants vont trépigner pour « encore un tour de manège », au prix du ticket, il subiront la crise de plein fouet.

C’est dimanche et comme hier je me suis donnée congé de jardin, cet après-midi je vais en mettre un coup, je ne veux pas avoir à dire comme papa « l’herbe me gagne ».

C’est dimanche de fête, ce soir ça va tituber un peu sur les trottoirs, ça va parler fort et pas clair.

Il y a encore quelques années la fête se tenait sur la place, gênante pour ceux qui y habitaient, mais c’était ainsi depuis toujours.

Elle est maintenant exilée le long de la rivière, gênante pour les campeurs, mais ils ne votent pas dans la commune, leur mécontentement n’a donc aucune importance.

Bon dimanche à tous ceux qui passent ici.

Partager cet article
Repost0
30 mai 2009 6 30 /05 /mai /2009 06:42




Celle qui s’insinue au fur et à mesure que la montagne de repassage diminue pour se transformer en pile de linge bien carrée.

Des semaines de négligence transformée en sentiment du devoir accomplie.

Les tâches ménagères ne me coûtent pas à accomplir, il faut juste s’y mettre…

Après avoir joué du fer, se saisir du sécateur fût une détente, comme presque tous les jours j’ai rempli un grand seau de roses fanées, d’iris et d’herbe indésirable.

En récompense je me suis octroyée un grand thé, délicieux, offert le matin même par Cerisette quand je suis allée la chercher pour cueillir les fraises.

Et comme après ça il me restait encore un peu d’énergie et parce que depuis des jours 2 grosses mouches m’énervaient avec leur vol stupide, j’ai passé l’insecticide miracle dans toute la maison.

Depuis des années nous utilisons ce produit, vanté par Pierre Bellemare, celui qui était capable de vendre de la glace aux esquimaux et du sable aux Touaregs.

On vaporise sur les rideaux, les vêtements (il fait anti mites aussi), le bois, toutes les surfaces, son action dure 6 mois, sans odeur et adieu mouches, moustiques, mites, fourmis, cafards, puces et autres insectes gênants.

Bonjour nuits calmes.

Merci pour tous vos bons voeux qui m'ont permis de franchir ce cap en douceur. Voici le lien pour le barrage à insectes, c'est son nom, et profitez c'est en promo!

link

Partager cet article
Repost0
29 mai 2009 5 29 /05 /mai /2009 05:53

Je me lève un peu avant lui, la bouilloire chante, le pain grillé parfume la cuisine, les infos de 5h déversent le lot habituel de mauvaises nouvelles, le ciel est encore à la nuit mais à 5 h17 il est déjà là, à sa place, sur la cheminée de l’atelier, sa silouhette se découpe sur l’aube naissante et il exhorte ses congénères à se réveiller.

Aussi peu douée pour reconnaître un oiseau que pour nommer une fleur, je crois que c’est un merle qui s’égosille ainsi de bon matin. Les hirondelles perchées sur la gouttière prennent le relai, les tourterelles dans le sapin font le ménage du nid à grand renfort de battements d’ailes bruyants. Tout est bien à sa place, le monde va cahin-caha et moi depuis hier j’ai entamé un compte qui commence par 65…et ça ne m’a fait ni chaud ni froid.

3 garçons qui téléphonent pour me souhaiter un bon anniversaire, c’est agréable,  Calamity-Eugénie trop occupée à faire des bêtises pour venir me baragouiner quelques mots, c’est un peu frustrant.

Sa mère à coutume de dire « elle à la c***erie en elle »  la formule  n’est pas élégante mais  elle est imagée.

 Une serrure explosée, une mini inondation à la garderie avec «la bande à Peter », son fiancé, une clé de boîte à lettres jetée dans les buissons, liste non exhaustive des exploits d’Eugénie…

Se pourrait-il qu’un jour j’en vienne à redouter ses séjours à la maison ? Ce serait un peu fort quand même que 18 kilos de chair tendre et rose m’en fasse plus baver que 3 garçons !

On va te mater ma belle !

Partager cet article
Repost0
28 mai 2009 4 28 /05 /mai /2009 06:05





3 polars suivis de 2 romans, anglais de préférence  avec ambiance Austen.

Pas facile quand on est une dévoreuse de trouver la perle rare.

Coup de chance hier, sur la 4ième de couverture: « Elle avait un peu l’impression d’être un morceau du patrimoine que l’on aurait oublié dans le testament » C’est suffisant pour me donner envie d’en savoir plus.

 J’ai pris hier à la bibli de quoi attendre le Douglas Kennedy, dont je n’entends pas beaucoup parler sur les blogs.

La voyageuse immobile que je suis s’est régalée les yeux hier soir avec « Des racines et des ailes ». Toujours beate d’admiration devant le jardin d’Eyrignac et ses topiaires, moi qui ai bien du mal à maintenir en vie 4 buis…

Les calanques de Marseille me fascinent toujours autant et les peintures rupestres des grottes sous-marines me font revivre les émotions ressenties lorsque j’ai vu celles du Tassili.

Victor et Henri sont partis lundi en voyage scolaire, Eugénie ne s’est aperçue de leur absence que le mardi…Quand je vous dis qu’elle est spéciale cette petite.

Partager cet article
Repost0
27 mai 2009 3 27 /05 /mai /2009 08:13




Vite déballer l’objet, le rincer et en attendant jeter un coup d’œil sur la notice, rien de nouveau sous le soleil.

Depuis des décennies que je pratique la cafetière électrique, je sais comment ça fonctionne, mais là, surprise, la traduction est parfaite, c’est devenue chose rare dans l’électro-ménager.


Pendant que passe avec des glouglous bruyants l’eau de rinçage, j’arrive au paragraphe « nettoyage » mon cœur bondit de joie, en plus d’une cafetière j’ai un épilateur que je ne dois absolument pas plonger dans l’eau.


Super le mien a 20 ans...


Mais j’ai beau chercher, pas moyen de comprendre comment cette cafetière dont j’espère seulement un bon café va me faire la jambe lisse et douce.

Encore une désillusion !

Et ce matin pas moyen d’accéder à Over-Blog, en maintenance sans doute, une fois de plus
Partager cet article
Repost0
26 mai 2009 2 26 /05 /mai /2009 06:56




Il a fallu trouver le bon créneau entre les déclarations d’impôts, la chaleur étouffante et l’orage qui menaçait.

Il a fallu mettre l’échelle, de vieux tee-shirts et sortir les paniers.

Cette année, elles sont goûteuses, charnues et les joues bien rebondies, comme celles d' Eugénie.


La seule différence c’est que moi je sais recracher les noyaux. J’en mange autant que j’en dépose dans le panier, c’est tellement meilleur sur l’arbre.

J’ai planté ce cerisier, pas très droit, en novembre 71 quand nous nous sommes installés dans la maison et depuis il nous offre sa production avec une régularité sans faille.

Cet automne il faudrait bien lui couper une grosse branche qui le déséquilibre, aux prix que pratiquent les élagueurs, Maky s’y collera.

Ce sera l’attraction des petits pendant les vacances de la Toussaint, Henri sera ravi de donner des conseils et Eugénie tendra les bras pour rejoindre son Maky dans l’arbre…

L’orage a grondé, la pluie est tombée avec force et un ouvrant les fenêtres j’ai vu que l’échelle était par terre…

Rien à voir avec les cerises, mais c'est la grande question de la saison: enlever les couettes ou pas.


Si je les supprime, le froid va revenir, si je les laisse, il va faire vraiment trop chaud, pas facile la vie !

Zut et zut, j’ai vu la présentation d’un documentaire sur la fraise espagnole diffusé sur Arte et n’en trouve pas trace dans mon programme TV ! je ne voulais pourtant pas le louper.

Après recherche sur Goo*le, ce serait ce soir à 20h45 sur France 5. Zut et zut je n'ai pas cette chaîne. merci Sara de cette précision.

Partager cet article
Repost0