Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : le blog attentiontravaux.suite
  • : Famille, lectures, humeur du jour.
  • Contact

  • bricol-girl

visiteurs

Archives

Articles Récents

13 février 2009 5 13 /02 /février /2009 06:03





Hier soir j’ai regardé (sans sombrer dans le sommeil) un reportage sur certains qui ont une conscience écologique bien plus développée que la mienne.

J’en fus fort agacée.

Je m’insurge haut et  fort, le vinaigre d’alcool, même s’il pollue moins qu’un détergent ménager ne décrasse pas aussi bien, c’est du vécu.

Les toilettes dans la cour, j’ai connu ça, enfant, chez mes grands-parents, pour rien au monde je ne voudrais retrouver cet inconfort. Toilettes sêches ou pas.

Faire les poubelles des fins de marchés quand on gagne fort bien sa vie, je trouve ça de la plus grande indécence vis-à-vis de ceux qui ne peuvent se nourrir autrement.

Avoir un tiroir à compost garni de lombrics dévoreurs de déchets dans un appartement semble être du dernier chic…

Quant à tout laisser, mari, enfants, métier pour vivre dans une yourte et élever des ânes…Il paraît que l’on y gagne en sérénité.

Ce style de vie s’appelle la « décroissance ».

Les asiles de nuits, les foyers, les trottoirs sont  pleins de « décroissants » involontaires ceux-la.

Ils voudraient bien, j’en suis sûre, ne pas bouder les magasins, avoir une douche chaude, ne pas manger des déchets.

Je veux bien faire des efforts pour la planète, mais je ne veux pas revenir en arrière.


A 5 h il neigeait dru. Autant dire que je vais scruter le ciel toute la matinée, Fille Unique est sur les routes.


Partager cet article
Repost0
12 février 2009 4 12 /02 /février /2009 06:12



Si, si je vous assure que c’est vrai.

Depuis quelques jours quand le matin j’ouvre la porte du salon, celle-çi produit un son presque mélodieux, un joli petit grincement joyeux, juste le matin pour me dire bonjour.

Le soir c’est la porte de la chambre qui manifeste son contentement de ne plus être seule, encore un petit signe musical pour me souhaiter une bonne nuit sans doute.

C’est ainsi que j’interprête ces petits signaux, à moins que la porte su salon n’en puisse plus de cette couleur, ni gris, ni bleu, je la comprends mais il faudra qu’elle attende les beaux jours pour aller se faire décaper dans le jardin.

Quand à la porte de la chambre, je ne vois pas du tout ce qu’elle réclame, ces derniers temps j’ai apporté quelques améliorations dont elle devrait être satisfaite.

Côté jardin, je ne voudrais pas être ridicule, mais la tempête à "frappé fort" : Bambou à terre, plié mais pas rompu, dégats réparés. Ouf !

Et pour répondre à Fauvette «  Oui , 1000 fois oui, quand on reçoit sa fille 2 jois par an, la troisième visite, inhabituelle, se prépare comme une veillée de noêl. » J’en fais trop, je sais !

Partager cet article
Repost0
11 février 2009 3 11 /02 /février /2009 05:50





L’épingleur me l’a dit, je ne suis pas insomniaque, juste mal programmée.

L’embêtant c’est que j’ai perdu la notice pour me recaler. Et comme d’après docteur Zen c’est super agréable d’être éveillé de longues heures en pensant à des choses positives…mais où a-t-il vu que la nuit on pensait positif…

Vous l’avez donc compris, pas de petit miracle en vue, du moins pour l’instant.

M’en fîche, Fille Unique arrive vendredi et quand les enfants sont là je dors bien.

Hier soir j’aurais bien aimé passer la soirée avec Mazarin mais un coup de sommeil plus fort que d’habitude en a décidé autrement, pas grave je connais l’histoire.

J’ai rangé pinceaux et peintures pour quelques jours, quand les petits seront repartis j’attaque un autre chantier en attente depuis …trop lontemps.

Il me reste 2 jours pour me mettre en condition de « dînette-partie, préparer le jeu de dames, vérifier que l’armoire aux jeux est opérationnelle, mettre en situation landau, poussette et bébés d’Eugénie.

Cette fois-çi quand Victor demandera dans la voiture « il y a des choses nouvelles et des surprises à Souppes ?) la réponse sera « Oui, plein, plein » j’espère que son œil d’amateur de jolies choses ne sera pas déçu.

Partager cet article
Repost0
10 février 2009 2 10 /02 /février /2009 06:17





Dans la salle d’attente du poseur d’aiguilles, pas de Gala ou Voici, je ne repartirai pas avec les dernières nouvelles de Brad et Angélina.


Des livres pour enfants, intelligents, les livres, pas forcément les enfants, des revues économiques et une merveilleuse surprise.

Un grand livre relié, du papier épais, des dessins du style caricature, un exemplaire numéroté et du bonheur à chaque page de cet ouvrage humoristique écrit par un médecin.


« Clinique et stylique » : Toutes les figures de style de la langue française expliquées par des exemples se rapportant à la médecine.

 Un vrai bonheur que de se promener dans les méandres de la Stichomythie.

Le Polyptote  et le Chiasme, entre autres  n'ont  presque  plus de secrets pour moi.


L’attente fût trop courte, je n’ai pu que survoler cet ouvrage avant de me faire épingler.


Ce matin, ça souffle encore pas mal mais j'attends qu'il fasse jour pour aller voir dans le jardin les dégats éventuels.


Partager cet article
Repost0
9 février 2009 1 09 /02 /février /2009 06:14









C’est à cette pelote d’aiguilles que je ressemblerais tout à l’heure. Si le dieu des autoroutes se montre clément avec moi.

Mettant tous mes espoirs de combattre mes  nuits noires dans la médecine chinoise, je pars à Paris me faire épingler. Par conséquent je demande seulement qu’il n’y ait pas de bouchons, pas d’intempéries, une route semée de roses serait l’idéal.

Partager cet article
Repost0
8 février 2009 7 08 /02 /février /2009 06:07




Saperli me passe le témoin et je me plie volontiers à ce petit devoir du dimanche.

 

Catégorie : Tout et n’importe quoi. A une époque j’avalais tout, le meilleur et le pire, mais le pire existe-t-il, l’essentiel n’est-il pas de lire et d’y trouver du plaisir. Maintenant je sélectionne selon des critères qui me sont bien particuliers. Etre embarquée par un style, trouver des descriptions très précises, voyager immobile, des caractères bien trempés.

Trop de titres se bousculent.

 

Catégorie : Pas que pour les enfants. J’ai usé et abusé de toutes les biliothèques, de la Rose à la Verte. Enfant j’ai adoré ce que l’on appelait les « illustrés » petits formats de poche, papier gorgé de plomb, les aventures de Kit Carson, Hopalong Cassidy me faisaient vibrer au rythme des troupeaux de bétail dans les plaines du Texas. Plus précisément dans le « pas que pour les enfants, je sui fan de l’Espiègle Lili et de cette pauvre Aggie, je les relis souvent et les traque sur les brocantes.

 

Catégorie : Grands classiques. Messieurs Lagarde et Michard se sont bien occupés de ma culture. Les vers de Racine étaient comme une chanson, Beaudelaire et son spleen entrouvrait une porte sur le désepoir fait homme avec son « ciel bas et lourd qui pèse comme un couvercle », un engouement pour Balzac, et une mention spéciale pour Stendhal, grâce à Gérad Philipe, inoubliable en Julien Sorel.

 

Catégorie : Apprendre en s’amusant : Les rayons des librairies regorgent de ce genre de livres, guides pour tout, bricolage, couture, tricot, confiture, jardinage…j’ai même vu « Comment se faire une armure »

Personnellement je trouve que je peux apprendre bien des choses avec un roman, même policier, bien écrit. J’ai découvert avec Franck Conroy et son « Corps et âme » un livre magnifique sur la musique et les affres des compositeurs.

 

Catégorie : Parfois je lis des trucs intelligents.

Oui tellement intelligent que je n’y comprends rien.

Mon regret 2008 : Le temps où nous chantions de Richar Powers J’aurais tellement aimé comprendre, car tout me plaisait dans ce pavé, les personnages, l’époque, l’écriture…

Si je déteste les re-re-rediffusions à la télé, je peux relire maintes et maintes fois un livre qui m’a particulièrement plu.

 

Je n’ai pas parlé de mes chouchous. Douglas Kennedy et John Irving, décevants avec leurs derniers livres.

C’est très frustrant de ne citer que quelques ouvrageset de plus à part "j'aime ou je n'aime pas", je ne sais pas parler des livres!

 

Prendra le relai qui veut.

Partager cet article
Repost0
7 février 2009 6 07 /02 /février /2009 06:28









  ELLE me demande la recette pour faire manger des épinards à mes petits.

C’est que Fille Unique élève sa tribu bien mieux que je ne l’ai fait pour elle.

Ses enfants mangent de tout « goûtes avant de dire que tu n’aimes pas »

Ses enfants ne regardent pas les trucs débiles à la télé.

Ses enfants décollent leur dos du dossier de la chaise en mangeant.

Ses enfants mangent de la salade, même les endives qu’ils détestent.

Elle ne s’occupe pas de ce qu’ils aiment ou pas, on mange de tout, c’est bon puisque maman l’a préparé.

J’avoue que j’admire, et je me demande ce qu’elle pense de l’éducation qu’elle a reçue…

Elevée avec la télé, nourrie par une mère nulle en cuisine, elle a pris l’exact opposé pour ses enfants.

Alors quand ils sont à la maison, j’essaie de rester le plus possible dans la ligne éducative parentale.

Pas d’insolence, obéissance et pas de télé, sauf le matin où ils font le plein de dessin animés (ceux interdits par les parents).

Pour les repas, curieusement, ils n’aiment rien de ce qu’ils mangent chez eux !!!

Alors je fais souvent du « à la carte » ce serait trop simple s’ils aimaient tous la même chose.

Victor se nourrirait exclusivement de pâtes, Henri de vinaigrette bien forte, Arthur de viande et de grignotage de légumes crus.

Après tout ils sont chez les grands-parents et je suis là pour leur faire plaisir.

Pour l’instant Eugénie ingurgite tout, avec une prédilection pour les fruits.

Et pour en revenir aux épinards, en tarte c’est bien plus facile, le poisson aussi se retrouve sur une pâte brisée., ça passe mieux.


J'ai acheté ce livre le 22 février 1969. Il a l'air d'avoir beaucoup servi, mais c'est surtout la page des crèpes qui s'ouvre toute seule.


Partager cet article
Repost0
6 février 2009 5 06 /02 /février /2009 06:16

                                               Fille-unique enguirlandée.





Vendredi prochain aura un air de fête, arrivée de Fille Unique à ST Lazare avec 3 garçons et une fille, elle en laissera un, Arthur, qui partira rejoindre les pentes neigeuses et ses grands-parents.

Ainsi délestée d’un sac et d’un enfant elle embarquera (faut vraiment que l’on change de voiture) avec Maky en direction de la maison.

Pendant ce temps je mettrai la dernière main aux préparatifs d’un week-end de cousinade.

Ma liste des menus est prête : roti de bœuf , élevé par Fille Unique, pintade farcie, même provenance, desserts de Sister, tarte aux épinards faite de mes blanches mains.

 Les lits sont faits, les couches achetées (ras le bol des couches). Ya plus qu’à…

C’est tellement rare que Fille Unique vienne à cette époque que la date est entourée de rouge sur le calendrier de la cuisine. Vous avez aussi un calendrier –cuisine ?

Mini séjour mais grande joie qui se poursuivra avec la présence de Victor, Henri-chéri et Eugénie la groupie de Maky.

Les cousines vous avez intérêt à arriver très tôt samedi matin, Fille Unique repartira de bonne heure et sachez qu’elle vient pour vous voir.

Vendredi aura un air de fête, vendredi 13 en plus, n’étant pas du tout superstitieuse je n’oublierai pas de jouer au loto, histoire de claquer avec indécence des millions en cherchant le sommeil. C’est une occupation comme une autre !

Si tout va bien nous passerons un excellent week-end.

Mais avant il faut attendre une semaine, c’est long et court à la fois, c’est le temps qui s’étire, les journées qui durent des secondes, les heures qui font du sur place ou qui s’enfuient à la vitesse de la lumière.

Partager cet article
Repost0
5 février 2009 4 05 /02 /février /2009 06:24




















Le chéri de ces dames nous demande d’aller dans nos souvenirs photographiques, de comparer 2 photos et d’en tirer quelques réflexions.

J’ai la grande chance d’avoi mon arrière grand-mère à 2 ans et bien sûr Eugénie au même âge à peu de choses près.

Jeanne est née en 1868, pour ses 2 ans on l’emmène chez un grand maître de la photo d’art, ses cheveux blonds, qui jeune fille lui descendront jusqu’à la taille, auréolent son visage.

Nous sommes en 1870, la guerre gronde dans Paris, les citadins ne vont pas tarder à être affamés, bien qu’issue d’un milieu extrèment protégé, Jeanne aura faim comme tout le monde et mangera du chat et du rat. Ce qui aura pour conséquence qu’elle ne sera jamais difficile et finira toujours son assiette.

Elevée par des gouvernantes, éduquée par des précepteurs, Jeanne ignorera longtemps qu’il y a des cuisines dans la maison où elle vit.

Enfance et jeunesse choyée, beau mariage mais veuve trop tôt avec 2 enfants de 8 et 10…

Un garçon qui mourra à la guerre de 14 et une fille, ma grand-mère qui mourra aussi trop jeune en laissant 2 enfants de 2 ans et 1 ans, papa et tante préférée.

J’ai bien connu Jeanne, sa vie a été longue.

Pour ce qui est des cuisines, Eugénie (qui a fait irruption dans nos vies le 24 octobre 2006) connaît bien, c’est son terrain de jeux favori, faire les mêmes gestes que sa maman, éplucher les légumes, nourrir ses bébés, et se mettre dans les faîtout…

Ces 2 petites filles n’ont rien en commun, ou alors il faudrait bien chercher…

140 ans séparent ces 2 photos, un papa chirurgien pour l’une, éleveur pour l’autre, enseignement à domicile pour la première, « socialisation précoce » en garderie pour la seconde, des frêres pour les 2, le château des vacances en Normandie pour Jeanne, une grosse maison normande pour Eugénie.

Je souhaite que les comparaisons s’arrêtent là, je ne voudrais certes pas d'un destin aussi tragique que celui de Jeanne pour Eugénie.


Pour l'inondation au café d'hier, Maky n'a même ralé!

 

Partager cet article
Repost0
4 février 2009 3 04 /02 /février /2009 06:03















Avec les pochoirs le piège à éviter est de ne pas se laisser aller à en mettre partout.

Ce petit morceau de carton ajouré aurait bien tendance à se poser sur toutes les surfaces planes  mais je résiste de toutes mes forces, allez  juste le dernier.

Sur la vieille porte en chêne massacrée en son temps par Iago, gros chien noir qui savait jouer des griffes à la perfection, j’ai posé hier l’ultime pochoir, satisfaite du résultat, jaune (mon mélange à moi que j’ai fait) sur vert (mon mélange à moi, vert provence+blanc+gris) vite rangé le blaireau (du temps où Maky faisait mousser le savon à barbe) et refermé les pots de peinture.

Pourtant il me reste un grand pan de mur qui pourrait se garnir…mais je résiste, plus serait trop.

J’ai déjà les poules à la queue leu leu dans la cuisine, la guirlande de fleurs dans le salon, n’abusons pas des jolies choses, mais la tentation est grande.

La cata en direct : je viens de renverser la tasse de café…un peu sur le clavier, beaucoup sur la souris, mais tout va bien, sauf que je n’ai pas mon compte du breuvage matinal.

Quant Maky lira ça il va hurler !


Partager cet article
Repost0