Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : le blog attentiontravaux.suite
  • : Famille, lectures, humeur du jour.
  • Contact

  • bricol-girl

visiteurs

Archives

Articles Récents

14 janvier 2009 3 14 /01 /janvier /2009 06:29



 

 

 

 

 



Des décors somptueux, des costumes magnifiques, une lumière digne des plus grands peintres, des acteurs parfaits et même si on connaît l’assassin dès le début, ça changeait agréablement de toutes les polices scientifiques et enquètes au microscopes des séries dont nous sommes rassasiées, les regarder tient souvent de la paresse et de la facilité…

Hier soir nous sommes entrés dans l’intimité de la cour du bon roi Henri, 4ième du nom.

Rien qu’à le voir se gratter il était facile d’imginer le manque d’hygiène à cette époque, prendre un bain, quelle horreur !

Sully et sa poule au pot pour tous le dimanche fait partie de nos souvenirs d’enfance, du temps où nous apprenions l’histoire de France en respectant la chronologie.

Ravaillac a mis fin à ce bon moment télévisuel que j’ai enregistré et  vais garder pour les petits.

Hier était pour moi la journée de rangement des décos de noêl, le salon semble beaucoup plus grand comme toujours quand on enlève sapin et guirlandes, retrouver les quelques bibelots enfermés pendant un mois, les changer de place, jouer du chiffon, tout cela pendant que le jardin reprend son aspect habituel, la neige s’est diluée laissant la pelouse gorgée d’eau.

Pas de tome 3 à la bibliothèque, la lectrice qui le détient le rendra peut-être aujourd’hui, peu importe j’ai pris ce J.C. Oates, auteur (auteure, non je ne peux pas) que j’aime beaucoup.

Partager cet article
Repost0
13 janvier 2009 2 13 /01 /janvier /2009 06:47

 

                                   Après Millénium, je re-re-relirai celui-là


Bien plus que les « Jean de Florette » ou les « Chtis », faits en tant que  producteur ou réalisateur, je garde Uranus et souhaite sans trop y croire que la télé rende hommage à Claude Berry en diffusant ce film.

Je vois plutôt un bon petit navet (il a bien dû en commettre 1 ou 2) bousculer les programmations.

De toutes façons les insomnies qui occupent mes nuits m’empêchent de regarder un programme du début à la fin, je baille à partir de 19 h, attend avec impatience 20h30 et m’engouffre sous la couette les yeux déjà fermés ou presque.

Un bien long préambule pour dire qu’après avoir lu le livre de Marcel Aymé j’avais beaucoup apprécié le film, fidèle à la version papier. Ce qui est assez rare pour être signalé.

Abrutie de photos à trier, oui encore et encore, et d’enquètes suédoises, j’arrive au bout du tome 2, haletant, j’ai à peine vu la neige fondre hier dans le jardin, la température positive et l’humidité ambiante me font presque  préférer le dessous de zéro, les jours rallongent bien et c’est inéluctable, le printemps sera là le 21 mars.

Des photos de février 2007 me montrent Eugénie, Victor et Henri en pull sur la terrasse, les jouets sortis…il ne faisait donc pas si froid.

Partager cet article
Repost0
12 janvier 2009 1 12 /01 /janvier /2009 05:57







Sans aucune honte j’avoue ne pas être une bonne épouse au quotidien.

Hier soir la maltraitance envers Maky a atteint un sommet tel que nous avons  eu un fou rire mémorable.

 En principe le soir je ne mange pas, ou du moins je ne me mets pas à table, par conséquent  l’homme de la maison se débrouille tout seul, du canapé j’observe, lui lance un « Ca va chéri » déculpabilisant et replonge dans livre ou mots croisés.

Je reprends, donc hier soir, à l’heure où les animaux vont  ingurgiter leur ration journalière de mauvaises nouvelles, tel un grand fauve, l’homme s’approche de la cuisinequand tou à coup, obéissant à une impulsion, je l’écarte avec un  « laisse chéri, je m’occupe de toi »

Après des heures devant l’ordinateur, des heures à lire le tome 2, j’avais besoin de me dégourdir les jambes sans doute.

Maky aime la soupe à cette saison, un fond de brique légumes verts attend sagement dans le frigo, au poids j’estime qu’il y a à peine une tasse…un rapide passage sous le robinet et voilà un bon bol de soupe prêt à passer au micro-ondes. Il est un peu estomaqué, j’ai du mal à retenir mon rire, lui aussi.

Aux âmes sensibles je tiens à préciser qu’il est inutile de me dénoncer aux autorités compétentes, à midi j’avais fait un bourguignon délicieux.

Ceux qui le connaîsse peuvent attester qu’il ne fait pas pitié et pourront conclure que j’ai de la chance d’avoir un mari aussi facile.

Fille-Unique, qui elle est une épouse nourricière modèle, 3 bons repas par jour, avec entrée et dessert... va secouer la tête, elle n'aime pas quand je néglige son père.

Partager cet article
Repost0
11 janvier 2009 7 11 /01 /janvier /2009 06:20


Je me demande si c’est toujours vrai, entre ceux  qui ne savent pas choisir une occupation tant les possibilités sont nombreuses et ceux pour qui la pause dominicale est la bienvenue pour ne rien faire, je crois que l’ennui n’a plus sa place.
Peut-être juste un peu de désoeuvrement, mais l’inaction n’est pas forcément génératrice d’ennui, ni mère de tous les vices.
 Ne rien faire, révasser, peut apporter maintes satisfactions, ne pas se presser, rester au chaud, au calme, loin des trajets scolaires et des cours de récréations bruyantes, le dimanche offre bien des plaisirs.

Je sais que beaucoup souffre du mal être du dimanche soir, d’anciens pensionnaires pour la plupart.

Pas du tout ce genre d’étât d’âme pour moi, le dimanche est un jour en supens entre 2 semaines, la porte ouverte à une longue après-midi sans courses, la quasi certitude de pouvoir mener à bien un projet sans interruption extérieure.

Je sais que mes petits ne s’ennuient pas le dimanche, Fille Unique adore avoir ses poussins sous son aile, elle sera juste agacée, très agacée même, si une visite imprévue arrive (2 adultes et 3 enfants coutumiers du fait) juste au moment des douches-ongles-oreilles qu’elle supervise ce soir-là, moment suivi traditionnellement d’un repas- crèpes que personne n’a envi de partager avec les intrus.

Les dimanches soir de mon enfance étaient sous le signes des « dîners suisses » grandes tartines trempées dans les bols de chocolat, thé ou café au lait, pour Pomponette pas besoin de se demander que faire à manger et pour les enfants que nous étions la routine envolée.

Je n’ai même pas regardé si Barnaby sera là aujourd’hui…Quant au marché, si c’est comme la semaine dernière ily aura peu de marchands, froid et vacances d’hiver les font déserter mais j’entendrai les lamentation sur le cours du poireau !

* Je n'ai pas trouvé ou pas su chercher la chanson de Charles Trénet


Partager cet article
Repost0
10 janvier 2009 6 10 /01 /janvier /2009 06:09








Petit miracle* de la technologie, après leur départ dans les tuyaux du net, 3 gros paquets de photos développées sont venus envahir la table.

Je suis satisfaite du travail de leader photo et du prix.

Suite et fin pour 2008  aujourd’hui, et la résolution de ne plus me laisser débordée ainsi est prise, ne reste qu’à la tenir…

Il y a des choses* comme ça qui même après des années d'utilisation continuent de m’époustoufler, qu’une vulgaire sonnerie me permette de parler avec des personnes à des miliers de kms me sidère toujours, appuyer sur un bouton et voir des images se déverser d’un écran me renverse, qu’une voiture me transporte me réjouit toujours autant, par contre que l’homme soit allé sur la lune ne m’étonne pas, que l’ampoule ait pris la place de la bougie me semble normal, la miniaturisation des téléphones me laisse indifférente mais le micro-ondes me semble une avancée technologique énorme, comme quoi tout est relatif, selon l'échelle des valeurs de chacun.

J’ai le tome 2 de Millénium depuis hier soir, pas encore ouvert pour ne pas m’y noyer.

Dans le feuilleton « Il fait froid en hiver » la pénurie de graines de tournesol pour les oiseaux  est bien contrariante pour Maky, préposé au resto du cœur des merles, mésanges, tourterelles et autres piafs.

Les tâches sont bien réparties chez nous, à lui la responsabilité des oiseaux, à moi le balai de cantonnier pour enlever la neige…

Partager cet article
Repost0
9 janvier 2009 5 09 /01 /janvier /2009 06:03





                Octobre 2007. Encore une photo que j'adore.






Rien du tout, des morts, des blessés, le froid qui tue, la neige qui persiste à contrarier les trains et les avions, les assassins continuent leurs petits meurtres en famille, les maisons brûlent, les étudiants essaient de rejouer mai 68, les sans abris refusent toujours d’aller dans les foyers, le prix du poireau s’envole (je me demande toujours à cette époque si il est vraiment indispensable de manger du poireau à ce prix  ???) , les JT  commencent par les soldes, suivis par les températures qualifiées sans la moindre honte de «polaires », inflation du vocabulaire !

Rien ne change, tout est pareil, je fais l’autruche dans mes photos, j’arrive au bout, encore novembre et décembre à dater et ce sera fini, pour cette fois.

Hier j’ai vu un petit garçon de 10 ans se métamorphoser en pré-ado de 12 ans, l’adulte qu’il sera se dessine déjà.

J’ai vu un Victor franchir de 7 à 9 ans les étapes qui font de lui un très beau garçon, garez vos filles !

J’ai vu un Henri qui a le pouvoir immense de me faire rire. Vivement février.

J’ai vu une Eugénie passer de l’état  bébé à celui de petite fille, déjà pleine de sollicitude pour ses bébés, j’ai vu la main qui repouse une mèche de cheveux dans un geste gracieux.

J’ai vu Fille Unique resplendissante de bonheur.

J’ai vu la vie qui passe et l’ordinateur qui lui, ne laisse rien passer, surtout pas les détails qui tuent le moral.

Partager cet article
Repost0
8 janvier 2009 4 08 /01 /janvier /2009 05:29


           Juillet 2006. j'adore Henri sur la cuvette...




Immortaliser un sourire, une attitude, une ambiance, un instant éphémère, parfois même une colère, une mauvaise humeur passagère, une Pomponette de 86 ans dans 15 jours, même Sister qui a horreur d’être  figée sur un morceau de papier glacé ou mat. C’est ça les photos.

Elles servent aussi à remonter le temps, on y découvre les caractères, Maky et Pomponette sont toujours prêts à faire face à l’objectif, Fille Unique et Mr Gendre aussi, les petits n’en parlons pas, à se faire tirer le portrait bien avant de naître, ce sont des pros du clic-clac mr Kodak.

Sur ces petits rectangles couleur ou noir et blanc, nous suivons les travaux effectués dans la maison, les plantations dans le jardin, les dents qui poussent, tombent et repoussent des enfants, les années de grossesse de Fille Unique,  les bébés fripés qui se transforment en garçons et fille aux bonnes joues rouges de normands (-13 hier chez eux).

En tournant les pages des albums on perd le compte des voitures de Maky, on avale de travers en voyant les chairs qui s’affaissent, les cheveux qui blanchissent, les kilos qui s’installent insidieusement, on murmure « c’est sa dernière photo » et l’on se dit qu’il faut absolument en prendre un peu plus des adultes et un peu moins des enfants.

Les photos sont le reflet de la vie qui passe, elles s’impriment dans notre mémoire, témoins d’une vie ordinaire mais témoins indispensables.

Merci Monsieur Nadar.

Partager cet article
Repost0
7 janvier 2009 3 07 /01 /janvier /2009 06:46









Dans mon cas ce sont 229 photos expédiées hier après 1 bonne heure de télécharchement et 10 heures de préparation de fîchiers, de dates à écrire sur les photos et de longues hésitations.

Le plus prenant dans l’affaire est de choisir quelles photos auront le previlège de se transformer en papier er de figurer dans les albums.

De clics en clics Eugénie est passée à la trappe plusieurs fois, ses frêres aussi, mais surgit alors le reproche qu’elle pourrait faire du style « pouquoi y zont plus de photos que moi ? » ma poulette c’est parce que tu es plus jeune.

Décider que tel cliché est plus sympa qu’un autre, les critères de sélections sont nombreux mais pas toujours objectifs. Je privilégie le sur le vif, la présence des arrières-grands-mères, les bricolages dans l’atelier avec Maky, les fous rires et m’aperçoit  qu’à force d’être derrière l’appareil je ne figure pas beaucoup sur les photos.

Et surtout je perds un temps fous à regarder, me rappeler les circonstances, m’attendrir et constater en toute objectivité bien sûr, que décidemment ils sont les plus beaux mes petits.

Bon c’est pas tout ça, encore autant à préparer et 2008 sera définitivement clos avec la ferme résolution de ne plus être aussi négligente.

Pas de tome 2 à la bibli, je me suis rabattue sur ça.

grasse mat: 6h 52...

Partager cet article
Repost0
6 janvier 2009 2 06 /01 /janvier /2009 05:33

                  Fille-unique aime savoir à quelle heure je publie...




De billets sarcastiques en billets d’humeur, de commentaires laconiques en rouspétances légitimes, la banderole toujours brandie en quelques lignes dévastatrices, dès mes premiers pas dans les blogs je l’ai trouvé à mon goût, par les chemins détournés de Douce moitié j’ai un jour compris que ces 2 là étaient liés par une complicité à toute épreuve.

Autant que faire se peut je vais éviter les participes passés dont l’accord est toujours des plus hasardeux chez moi, ce sera mon cadeau pour ses 60 hivers.

 Bon anniversaire Môssieur le Goût, continuez à nous offrir de saines colères, de bons résultats de scanner et des lignes jubilatoires.

J’arrête là car je sens son ego  enfler comme la grenouille de La Fontaine.

Un anniversaire que je n’oublierai pas car c’est aussi un 6 janvier que Pomponette a pris un grand blond protestant pour époux en 1944…

Pour revenir à des choses bien plus terre à terre, sachez que tout est blanc de blanc, comme beaucoup d’entre vous nous sommes soumis au même régime, neige, humidité, bruits feutrés, gadoue dans la rue, voitures qui éclaboussent, j’en ai déjà assez.

J’ai fini le 1er tome de Millénium et espère avoir le suivant cet après-midi. Succés de librairie bien mérité.

Partager cet article
Repost0
5 janvier 2009 1 05 /01 /janvier /2009 06:01



Je redoutais un réveil dans  une ouate neigeuse, je craignais d’avoir à dégager les trottoirs de bonne heure et de mauvaise humeur, un rapide coup d’œil par la fenêtre me rassure, la neige annoncée par les bulletins météo a du retard, tant mieux !

Pour le verglas je n’ai pas encore mis un pied dehors, ce sera la surprise tout à l’heure.

Sur les routes de Normandie il y aura  ce matin un collégien dans un car, une Fille-Unique  qui déposera 2 garçons à l’école et une petite fille à la garderie,  adieu Maminette les grasses matinée et les grosses siestes dans le calme.

La grande maison paraîtra encore plus grande, les jeux de sociétés s’empileront dans le placard et les couloirs résonneront de silence.

Je me souviens que les jours de rentrée il y avait comme un temps hors du temps, la sensation d’avoir le temps mais l’heure des mamans arrivait tellement vite que ce temps qui s’étirait n’avait été mis à profit que pour le regarder passer.

Je sais bien qu’avec 4 enfants regarder passer les minutes est un luxe qui peut compromettre le bon déroulement d’une journée.

Je n’ai pas ce genre de souci, juste celui de mettre le nez dehors, le frigo est plus que vide et jusqu’à preuve du contraire il faut se nourrir 3 fois par jour. C’est une chance de pouvoir le faire…

Suite aux résolutions annoncées j’ai commencé le tri des photos 2006-2008.

Parce que je veux absolument que mes petits feuillettent des albums papiers, parce que je veux que chacun aient ses propres souvenirs, parce que je n’ai qu’une confiance très limitée dans les disques durs aussi bien internes qu’externes, je fais développer, les sites sont nombreux, les prix varient, si parmi vous il en est qui ont une adresse qui allie qualité et tarifs bas…

Jusqu’à maintenant  j’allais chez Girafoto mais je sais être infidèle.

Partager cet article
Repost0