Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : le blog attentiontravaux.suite
  • : Famille, lectures, humeur du jour.
  • Contact

  • bricol-girl

visiteurs

Archives

Articles Récents

15 décembre 2008 1 15 /12 /décembre /2008 07:12















J’ai cédé aux chants des sirènes de Deezer, commencer la journée avec quelques notes et mots qui trimballent avec eux des souvenirs, moments fugaces, de vacances, de paysages,  de fêtes est agréable. J’ai conçu ma playlist en me disant, « ça pour Pomponette, ce morceau pour Sister, ça pour moi, et lui pour Fille Unique, des « pourmoi » il y en a beaucoup, de l’homogénéité il n’y en a pas, mes goûts sont des plus éclectiques, du classique, point, à part Wagner (quand j’ai envie d’envahir la Pologne) et 2 ou 3 autres…

De la variétoche, française et anglo-saxonne et encore pas de première jeunesse. Mis à part  Bénabar, Grand corps malade, une pioche par çi par là, chez les nouveaux venus, un coup de cœur éphémère et vite oublié, pour revenir en arrière. C’est un peu radio Nostalgie chez moi.

Sans transition, comme on dit au JT.

Elle s’étonne du traffic qu’il y a sur mon blog, parfois moi aussi, mais je pense que la raison se trouve dans la régularité, un petit rendez-vous quotidien, sans importance, sans conséquence, juste un  bonjour échangé avec des inconnus-connus, une manière de célébrer le jour qui se lève, le soleil qu’il ne fera pas, un fil invible mais puissant se tressant avec d’autres, une passerelle qui nous fait entrer par effraction chez les uns et les autres, nous fait réagir ou pas, nous inquiète quand le silence est trop long et nous arrache un long soupir de soulagement quand le billet arrive enfin, : » Ouf, tout va bien » même si l’on sait que cela peut être tout le contraire.

Partager cet article
Repost0
14 décembre 2008 7 14 /12 /décembre /2008 06:51

Impossible avec ce froid de les laisser en robe d'été, il y a bien assez de personnes dans le besoin pour que je ne fasse pas œuvre utile  au moins pour la progéniture d'Eugénie.

Quelques morceaux de tissus, (je garde tout) sortis de l'armoire aux trésors, beaucoup d'hésitations avant que les grandes lames se mettent à couper franchement, quelques épingles, le sentiment que à vu de nez  ça va aller, à peu prés, et  quelques coups de pédales plus tard, (Saperli je me demande comment tu fais avec une machine sans lumière ???) les enfants  sont habillés, prêts à subir les désahabillages, pas toujours délicats de la demoiselle.

L'avantage, outre le pris dérisoire, d'acheter chez Béthanie des poupées rescapées des années 70 c'est que le made in China n'est pas à craindre, le désavantage c'est que les cheveux ont déjà subi les outrages des petites mains armées de peignes et brosses massacreurs de crinière.

3 fois, au moins, Maky l'air inquiet m'a demandé : « Elle en a des poupées au moins ? »

Ma réponse est toujours la même, une petite dizaine j'estime que le trop est atteint. Quand elle sera plus grande nous lui achèterons, si la crise est passée, une poupée neuve avec des cheveux jusqu'à la taille, mais il faudra que sur la nuque les numéros gravés dans la chair de plastique soient la preuve d'une fabrication française. Une seule marque et peut-être  la dernière garantit la bonne conscience des parents et grands-parents : Petit Colin.

Bon c'est pas le tout, aujourd'hui c'est dimanche, à midi j'ai des invités, Archi-mamy, Pomponette, Sister et peut-être Régina.

Poulet et pommes de terre à la Mab, Heure-Bleue je pense à toi, tu viendras les déguster.

Sur le marché je trouverai une tarte  pour le dessert. Et ce soir...et bien non, tout faux, pas de Barnaby, il revient en début d'après-midi...

Partager cet article
Repost0
13 décembre 2008 6 13 /12 /décembre /2008 06:36


Pas d'enfants pour ouvrir chaque jour une petite porte et y découvrir une friandise.

Pour moi l'Avent se décompte en mots rayés sur une liste de choses à faire avant le grand jour, celui où Fille Unique arrivera avec les 4 enfants.

Sitôt les embrassades achevées, les « mais comme tu as grandi, toi » passés, je sais au milimètre près comment se déroulera le scénario.

Arthur prendra un air détaché destiné à cacher son impatience de découvrir ses cadeaux. Depuis des mois il joue les Perrette, thésaurisant et dépensant les euros qu'il espère.

Victor regardera la table du goûter avec de la gourmandise dans les yeux.

Henri en moins de temps qu'il ne faut pour le dire, énumèrera ce que le Père Noêl aura déposé en Normandie la veille, le repas et les invités. Nous saurons tout.

Et Eugénie dans tout ça ? Deux possibilités s'offrent à moi.

1-     Elle participera de manière active à la dégustation des gâteaux et à la conversation.

2-     Elle restera scotchée comme une bernique à sa mère. Nous avons connu ce cas de figure avec Henri. Très agaçant...

     Histoire de leur faire comprendre ou du moins essayer, qu'ils ne sont pas venus jusqu'à nous rien que pour les cadeaux, je ferai un peu attendre le moment d'ouvrir les paquets (j'ai horreur des papier qui jonchent le sol) et enfin l'instant tant attendu du joyeux déballage arrivera avec, espéons-le, le contentement des uns et des autres.

   Et Eugénie dans tout ça ? Je sais bien qu'à 2 ans un papier de soie et un bout de ficelle sont des présents merveilleux et je ne lui en voudrait pas de dédaigner  lit et armoire de poupée.

    Ma liste est longue, mais je raye tous les jours un petit quelque chose.


Partager cet article
Repost0
12 décembre 2008 5 12 /12 /décembre /2008 06:17

C'est un autrefois qui a un goût de préhistoire que je parcours amusée et peut-être un peu nostalgique.

Dans ce voyage en image d'avant les grands chambardements de la vie « moderne » les photos témoignent de la place faite aux grands-parents au sein de la famille, pas de maison de retraite, on se serre, on dégage une place dans l'armoire et si la maman travaille, chose somme toute assez rare, on économise une nounou, la grand-mère est là pour prendre en charge les taches ménagères et les enfants.

C'est un autrefois qui a la couleur des photos de Doisneau, le noir et blanc accentue le côté désuet de ces moments volés au quotidien des familles en habit du dimanche, qui posent devant l'objectif .

C'est un autrefois proche du jurassique, les dinosaures vivent à 6 ou 7 dans des logements exigüs, vont au jardins populaires non pas pour des raisons bios mais pour se nourrir à moindre frais.

C'est un autrefois révolu qui réunit sous la lampe grands et petits pour des parties de cartes ou de domino pendant que le pater familias lit son journal..

Un autrefois autour de la TSF, sans télé, pas de pub mais des réclames « Bien l'bonjour m'sieur Lévitan, vous avez-vous avez des meubles... »

Un autrefois qui émeut mais qu'il ne faut surtout pas regretter, la vie était dure pour beaucoup, la médecine tatonnait encore dans bien des domaines, le social encore dans les limbes et le confort apporté par les appareils ménagers divers, pas encore très performant.

Vive le lave-linge, le lave-vaisselle, l'aspirateur, l'ordinateur et le téléphone.

Partager cet article
Repost0
11 décembre 2008 4 11 /12 /décembre /2008 08:15



Dire que j'aime le soleil et la mer est une évidence depuis toujours, pourquoi alors suis-je attirée par les pays nordiques, je déteste la neige mais la Suède me fait réver alors qu'une île paradisiaque, sable blond et palmiers me laissent de marbre.

Depuis qu'adolescente je me suis plongée dans la saga russe d'Henri Troyat, tsars et moujiks m'emportent sur des traîneaux qui glissent dans la neige épaisse, la pelisse de loup me protégeant du froid.

Contradictions dues sans doute à mon signe astrologique gémellaire.

Hier soir je n'aurais raté pour rien au monde la visite de Saint-Pétersbourg, Pierre le Grand a merveilleusement œuvré pour les générations futures, les splendeurs du passé restaurées avec une réussite totale et les nuits blanches, la couleur des façades, la richesse de l'Hermitage et de ses trésors rassemblés sous les ors impériaux, tout n'était que beauté et élégance. Les vues d'ensemble de cette ville magnifique amènent une question : Est-ce bien Paris la plus belle ville du monde ?

Oulan-Bator me paraît plus exotique que Tahiti, le Groenland même avec la banquise qui se liquéfie me parle plus que les fonds marins du Pacifique...

Sur ma table basse un livre qui se passe Suède, j'attends qu'il neige pour l'ouvrir...

Partager cet article
Repost0
10 décembre 2008 3 10 /12 /décembre /2008 06:22


Dans la machine à remonter le temps je suis en 1999, c'est le mois d'août, nous sommes à Brignoles chez nos cousins et dans nos bagages il y a Arthur.

C'est l'année de l'éclipse, de l'arrivée de Victor et de la cape de Zorro offerte par les cousins, panoplie complète du vengeur masqué.

2002, Victor a 3 ans,  et une passion dévorante pour Zorro .

Des heures à regarder en boucle un film en noir en blanc...la cape sur les épaules et le masque sur la figure.

2003. Le père Noêl est un malin, il a compris qu'un déguisement à la taille du passionné de Zorro serait une bonne idée. Il ne manque rien, chapeau, cape, pantalon, fouet, masque, tout, tout pour venger les opprimés.

A chaque séjour, Victor se déguise, fait tourner la cape, prend un air menaçant l'épée à la main. Le chapeau est cabossé, vestige de multiples aventures, le fouet  a perdu sa lanière, l'épée a fait des petits. Mais Victor aime être bien habillé même déguisé, Victor trouve la cape un peu juste en taille, Victor en plaisantant, (à peine) émet le souhait d'avoir une cape de Zorro pour Noêl...

C'est pourquoi ce matin à 10h, je vais acheter du tissu noir et brillant pour ajouter à la corbeille des déguisements une 3ème et dernière cape de Zorro.

L'année prochaine je passe aux robes de fée et princesse, bien dégoulinantes de rose, avec des volants qui virevoltent, de la dentelle, mais je ne fournirai pas le prince charmant qui va avec !

Partager cet article
Repost0
9 décembre 2008 2 09 /12 /décembre /2008 06:38























Perfecta nous surprendra toujours, en ouvrant son cadeau, un album photos retraçant les moments forts de sa longue vie, elle n'a pas versé une une petite larme comme nous le pensions, pas si fragile finalement notre amie.

Escagassé était le gâteau de Sister, la faute à la chantilly faite maison, mais délicieux. Qu'importe la présentation quant la saveur est là.

Gâtée, un livre de recette chocolat, pour moi.

Quiproquo...Pomponette ouvre un paquet et s'extasie devant un collier très « Christian Lacroix » Qui m'offre ça ? Personne maman c'est toi qui l'offre à Perfecta...86 ans en janvier on l'excuse.

Bilan de la soirée, une ambiance chaleureuse, des mets délicieux, champagne et vin blanc (je croyais dormir comme une masse, ben non !) anecdotes et souvenirs, et vite au lit !

Après une si bonne soirée je n'aurais pas dû ce matin commencer ma journée en allant chez elle, si ça continue je ne vais plus écrire une seule ligne, j'avais déjà celui-là, c'était suffisant.

Vu dimanche sur le marché : Ici vollaile extra. J'ai trouvé mon maître es orthographe.


Partager cet article
Repost0
8 décembre 2008 1 08 /12 /décembre /2008 06:47
                                                                            La télévision d'avant.

Chaque année, à tour de rôle, les 3 familles (Perfecta et Perfecto, Pomponette et Sister, Maky et Mab) nous nous recevons pour un petit noêl avant l'heure, histoire de se mettre en jambes.

Cette année, c'est à Sister et Pomponette de s'y coller. Depuis 2 jours la rallonge est mise, les sites cuisines longuement consultés, le sapin est fait depuis hier soir, la Maria viendra ce matin passer un petit coup d'aspirateur, le gâteau, une innovation, est au freezer,  un peu d'inquiétude à ce sujet, si les ingrédients donnent l'eau à la bouche, chocolat et macarons, la préparation a été un peu cahotique, le marché de noêl ayant incité les promeneurs à pousser la porte du magasin et même à sortir les euros !!!

Comment dit-on chez les trentenaires branchés « apéritif dînatoire » ?

C'est ce qui nous attend ce soir et comme vous le savez maintenant, tout doit être PAAAAAAAAARFAIT.

L'argenterie est sortie, la porcelaine délicate brille, nappe et sous nappe en accord, Pomponette a été chez le coiffeur et même moi je confierai à 14 h, (en lieu et place d'Hercule Poirot), ma tête à rafraichir à ma coiffeuse à domicile. Cheveux trop longs même pour la saison.

Ce soir il y aura des exclamations de surprises, des rires et des larmes. Le cadeau de Sister à Perfecta fera sortir les mouchoirs.

Compte-rendu et photos demain ici même.

Je me rends compte qu'en terme journalistique ma vie est une succession de marroniers, c'est la 3 ème fois que je vous sers ce non évènement.

Partager cet article
Repost0
7 décembre 2008 7 07 /12 /décembre /2008 06:51

Il faudra que l'on m'explique pourquoi sur le marché de noêl du village les exposants, pas tous, arborent une tenue alsacienne des plus fantaisistes.

15 ème édition de ce qui aurait du rester un événement consacré aux artisans locaux.

Il reste à peine quelques marchands chez qui trouver  décorations et victuailles typiquement destinées à cette fête devenue plus païenne que religieuse.

Frites-saucisses-bière, c'est le nouveau credo de noêl.

La crèche vivante est toujours blottie près de l'église, les petits participants, comme d'habitude ont gardé les baskets aux pieds et la capuche de l'anorak donne la touche « quartier ».

Il y a 10 ans, j'avais emmené mon Titou Arthur prendre un bain de foule et manger des marrons chauds.

Décembre 2001, Henri menace de naître plus tôt que prévu, les 2 grands sont là et se font photographier avec le père-noêl.

Les 2 petits, comme nous ne devrions pas dire, ne seront sans doute jamais là pour arpenter les allées avec moi, tant pis et tant mieux, tout , cher, bruyant et sans grand intérêt.

Mais il reste une tradition, instaurée par moi-même : chaque année j'achète pour Pomponette un cornet de marrons chaud, toujours enveloppé dans du papier journal, ça au moins ne change pas !


Partager cet article
Repost0
6 décembre 2008 6 06 /12 /décembre /2008 06:24


 A 3h38 les pensées les plus incongrues se cognent contre les parois de ma tête. Depuis que Fille Unique bénéficie d'une chaleur confortable chez elle, il fallait bien que je me trouve un motif d'inquiétude, je n'ai pas eu à chercher longtemps, il s'est imposé de lui-même : Les enfants ont les pieds mouillés, j'en suis sûre, partant de ce constat, peut-être pas imaginaire, tout s'enchaîne à la perfection :

Les chaussures, avec ce temps pourri, ne vont pas sécher de tout l'hiver, les mycoses vont s'installer, pour les éviter il faut bien se sécher entre les orteils après la douche, oui mais la douche si c'est le matin, le temps est compté et toute la journée ça va faire flic-flac dans les chaussures.

Bon les pieds mouillés c'est fait, la boule de flipper fait tilt sur chapon ou pas chapon à noêl, et en dessert Sister fait-elle la charlotte au chocolat ?

Pour l'arrivée des normands j'ai envie de leur préparer des merveilles, bugnes ou favoris, comme on voudra, mais je ne veux pas que ça sente la friture dans la maison, ce n'est pas une senteur « noêlesque », la boule de flipper ricoche à ce moment là sur des mots que j'aimerai inventer, et tilt encore...

Si je dormais ai lieu de délirer sous la couette, tiens la couette me fait penser aux deux enveloppes d'édredons qui sont remontées hier des abysses du placard à tissus, il faudra que je les repasse et les mette en circulation, pourvu que Fille Unique ne rencontre pas de problème sur la route le 25, prévoir un bon film pour le 24 car rien ne me conviendra à la télé.

Je débranche le flipper avant de subir un court-circuit ....

 
Partager cet article
Repost0