Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : le blog attentiontravaux.suite
  • : Famille, lectures, humeur du jour.
  • Contact

  • bricol-girl

visiteurs

Archives

Articles Récents

13 octobre 2008 1 13 /10 /octobre /2008 06:45

 Juste la Cavalerie qui passe en Californie, Ma Préférence irait  presque à J'ai eu 30 ans, mais il les a 2 fois le Julien, et de Niagara à Mélissa en passant par la Fille sur la terrasse qui Voulait qu'on l'appelle Venise, j'aime tout chez lui.

Lili voulait aller danser mais la Bibliothèque Mazarine la retenait sans doute, et comme je n'arriverai pas à caser les 163 tîtres de chansons j'en viens au fait :

Julien Clerc, 61 ans, 40 ans de chansons, des paroliers qui savent écrire et un physique de jeune homme était sur le petit écran hier. Quel pacte avec le diable a-t-il bien pu faire pour vieillir à l'envers, les années qui passent ne laissent rien sur son visage, juste les mains qui accusent le coup, bien fait !

J'aime particulièrement ses chansons jusqu'aux années 90, Roda Gil et Delanoè, celui qui avait du talent, ah zut j'ai perdu le nom du 3 ème, qui va entrer à l'Académie , oh la la j'ai la mémoire qui flanche ! Ah j'ai trouvé, Jean-Loup Dabadie.

J'aime moyennement les participations de Biolay et autres « marmonneurs » mais l'interprête reste toujours le même, un Juju au charme discret mais efficace, élégance du cœur si je décrypte bien, sa plus grande qualité est de nous accompagner depuis 40 ans, toujours fidèle au rendez-vous des albums à sortir, toujours une chanson qui nous rappelle un petit rien.

Hier après-midi c'était juste bien.


                                                                                      Le mur d'en face.


Partager cet article
Repost0
12 octobre 2008 7 12 /10 /octobre /2008 07:25

                                                                                     ***

Le menu qui s'imposait pour 5 blogueurs  (en fait 4 femmes et 1 homme)  en attendant l'heure de répondre à l'appel de notre belge Coumarine qui dédicaçait ses livres à Paris. Occasion pour moi de rencontrer enfin Fauvette," pas déçue du tout, à recommencer afin de peaufiner", c'est ce que je mettrais comme appréciation dans la marge si je tenais un cahier de mes rencontres.

Sous un chaud soleil d'automne j'ai pu redire à Lakévio mon admiration pour ses cahiers d'enfance et plaisanter comme d'habitude avec Heure-Bleue et le Goût.

Ce salon du blog et livres m'a permis de mettre une voix sur les "Petites paroles inutiles de Coumarine", de croiser son regard pétillant et d'acheter son livre qui fait tant de remous au sein de sa famille. J'espère que les visiteurs auront été  nombreux...

Une boisson fraîche en terrasse, conversations croisées, il est temps pour moi de rejoindre la porte d'Italie où j'ai laissé ma voiture.

Je suis une bonne éco-citoyenne, je ne pollue pas l'air de parisiens moi, pas comme ces 4x4 équipés de pare buffles (Où sont les buffles dans Paris?) qui paradent dans les rues !

A pied de la place Léon Blum, j'adore marcher dans Paris, jusqu'à la place d'Italie, c'est physique !!! Je n'en peux plus et monte dans un taxi dans lequel j'écoute Radio-Togo. Que sont devenus les chauffeurs titis parisiens avec lesquels en 10 minutes de trajet on refaisait le monde à la manière « brèves de comptoir » ?

Une bonne journée, les jambes un peu raides ce matin mais pas au point de me priver du sacro-saint marché en attendant vous savez qui ce soir.

***Pour la photo-rébus le pot en verre contient de la compote.

Partager cet article
Repost0
11 octobre 2008 6 11 /10 /octobre /2008 07:36

Le soleil était au rendez-vous, l'air lumineux ; du vrai « prêt à peindre », les chaussures de marche bien  attachées et l'envie de se bouger un peu.

D'un bon pas rapide Cerisette et moi avons arpenté des chemins entre champs et forêt, fait envoler des hérons et des buses, cru voir des écureuils et au bout de 5 km ingurgité une tisane drainante...

Superbe matinée, la journée s'annonce toute aussi agréable mais je sens comme un petit caillou dans ma chaussure, ce coir nous avons à dîner l'ami d'enfance de Maky, le copain de bétises, et chacun sait que les co**eries de gamins à la campagne,  dans les années 50, c'est du sérieux et surtout à base d'explosions, de tirs à balles réelles, de moto qu'il faut mater, bref que du bonheur pour les parents !

Perdu de vue mais toujours dans le cœur de Maky, des nouvelles épisodiques, pour les deuils qui frappent les 2 familles, et puis l'enclume sur la tête, le copain abrite le crabe dans son corps, vivant au Maroc il a laissé sa femme là-bas pour être soigné à Montpellier et à la manière dont il nous étreint au moment de se quitter,  je ne pense pas qu'il se fasse beaucoup d'illusions.

Après Maky, touché par son ami, c'est Fille Unique qui doit faire face maintenant à la peine d'avoir une amie de longue date « encrabée » elle aussi.

Bon sang de bon sang, y en a marre de cette saloperie.

La journée parisienne va me faire du bien !

Partager cet article
Repost0
10 octobre 2008 5 10 /10 /octobre /2008 07:20


A pas de loup, il y a longtemps, je suis entrée dans sa bergerie, j'ai vu 2 agneaux fracassés par la vie et une  bergère prête à tout pour défendre son troupeau.

J'ai compati sans beaucoup commenter, c'est parfois difficile, j'ai apprécié son humour à des moments de sa vie où ce n'était pas le chemin la plus simple.

Hier une futile histoire d'images de chocolat sur son blog a draîné un nombre important de visites chez moi, je trouve bien normal de lui rendre la pareille, c'est une bergère qui a besoin d'un vrai soutien.

Je suis un "peu beaucoup cachotière", il y a comme ça nombre de blogs que je garde pour moi pendant des années, juste un plaisir égoïste.

En ce moment j' en ai un qui est un pur moment de bonheur pour l'écriture, mais souvent dérangeant quant au contenu, en bagarre quasi constante avec ses enfants, elle distille le chaud et le froid à la perfection.

Je me rends compte que lis pas mal de blogs écrits par des jeunes femmes de 40 ans et plus, flanquées d'une famille nombreuse et appréhendant la vie comme des guerrières, quoique beaucoup d'entre-elles nous laissent entrevoir le côté conte de fées de leur vie,  mais on sent  bien que  la méchante sorcière n'est jamais bien loin.

Partager cet article
Repost0
9 octobre 2008 4 09 /10 /octobre /2008 06:26
                                                                             *********

Avec des nouvelles et pas mauvaises en plus.

Eugénie a fait la chipie tout le Week-End, elle recevait une petite fille de 3 ans et bien sûr pas question de prêter ses jouets.

Chipie peut-être mais en passe de devenir propre...vais-je un jour n'avoir à penser qu'aux Kin**r quand la troupe viendra en vacances ?

Henri, petit Henri, bon petit diable, plus fort que tout le monde car il a eu 10/7 en maths, bravo des 2 mains !

Les gens heureux n'ont pas d'histoires donc pas plus à raconter et c'est tant mieux.

Petit tour du mercredi à Béthanie, tout regardé, rien acheté, viré au vert  de la jalousie en voyant une femme repartir avec un petit bureau et son fauteuil, années 50, qui auraient été parfaits pour la chipipeste.

Un fauteuil club à 8 eus, pas trop défoncé, me tendait les bras, mais pas la place...

Rien de super dans les K7, dommage, Victor aime bien en avoir 1 ou 2 nouvelles quand il arrive.

Je suis restée un bon moment devant les vieux moteurs de tondeuses...voilà qui plairait bien à Henri, demonter et remonter les pièces,  choisir le bon outil, appeler MAAAAAAAAAAAAAAky à l'aide, se barbouiller de graisse, visser, dévisser, jusqu'aux pétarades triomphantes d'un moteur mis au rebut et réveillé par un petit bricoleur.

****Cette petite a le nez qui coule, pas assez couverte, pieds nus sans doute!!!!

Partager cet article
Repost0
8 octobre 2008 3 08 /10 /octobre /2008 07:48

                                                                  Repassage, peut-être!!!

Pages : 575

Mots : 282 931

Caractères : 1 321 078

Paragraphes : 6653

Lignes : 27 858.

 

2 ans et demi de plaisir réduit à quelques chiffres arides, avec ça j'ai sans doute de quoi faire quelques lotos. Je rassure Karmara, oui je sauvegarde tout ce fatras de mots, de coups de gueules, de déclarations d'amour à mes petits, 27 858 lignes pour dire tout et rien, pour cacher bien souvent une inquiétude latente en direction de la Normandie,  282 931 mots pour me moquer souvent de Maky mais aussi  vous faire partager mon admiration quand il entreprend un travail de bricolage quelconque,  des espaces, des virgule (pas beaucoup) des paragraphes, qu'un jour je rassemblerai en élaguant, triant, coupant, ce qui sera du domaine du n'importe quoi, un jour j'imprimerai en mettant des photos qui auront enfin un rapport avec le texte. Ainsi Maminette verra à quel point elle a eté attendue, Fille Unique pourra mesurer à quel point elle nous a privé de sa présence, (le je t'appelle d'hier...) Eugénie me vengera dans ce domaine, j'en suis sûre, les garçons se demanderont pourquoi je les ai tant voulu en vacances, Henri comprendra, car lui a vraiment le goût des autres, le calin facile et sincère.

Dans la série « ya pas que les petits dans ma vie » hier c'etait mise à nu de l'érable du japon, des remorques pleines à bruler, c'est fait, toujours pas une goutte de pluie, les denières tomates sont mises à murir dans la serre, l'armoire en verre comme dit Victor, les pieux sont rangés, dernière salade, et fin de notre mini vendange aujourd'hui. Le potager va entrer dans sa phase hibernage, d'ici 10 jours il ne verra plus le soleil jusqu'en mars...

Partager cet article
Repost0
7 octobre 2008 2 07 /10 /octobre /2008 06:51


Laisser une trace, un témoignage, se substituer à une mémoire qui un jour sera défaillante, arrêter le temps qui court trop vite, donner de l'importance à des petits riens, mettre des jalons, des repères, engranger, empiler, remplir des malles de trésors réelles ou virtuelles, considérer son PC comme un grenier d'enfance, trier, classer, ça c'est pour lui, ça pour elle, ça pour eux, les encombrer en somme...

Je viens de lire le très joli billet de Lakévio, il résonne en moi tout particulièrement, bien que je n'ai  fait ni pour Fille Unique, ni pour ses enfants de jolis cahiers de vie, comme elle.

Juste pour les 11 ans d'Arthur un album de famille de sa naissance à ses 11 ans, avec photos, arbre généalogique, quelques anecdotes et ce qu'aimait ses parents et grands-parents  au même age, je le redis rien d'aussi joli que ce que fait Lakévio.

Mais une interrogation pointe son nez, nous estimons-nous si importants pour vouloir à toutes forces laisser une trace de notre passage sur cette terre, n'est-ce pas vouloir influencer ceux qui resteront. Si j'ai commencé ce blog c'est pour garder un contact journalier avec ma fille, même si elle commente très rarement je sais que tous les jours elle lit les nouvelles de Seine et Marne mais c'est à double tranchant, elle a des nouvelles et néglige parfois d'en donner.

Les nombreux documents familiaux, écrits, correpondance, photos très anciennes, livres, constituent une richesse affective que nous avons plaisir à consulter et feuilleter, promenade dans la vie d'avant me confortent dans l'idée que oui laisser une trace est important...

Je crois, je pense, j'espère que nos petits devenus grands, parents à leur tour seront heureux, d'avoir leur album, leur CD sur lequel seront gravés les souvenirs de leurs vacances chez Mab et Maky, ils se débrouilleront pour se partager au mieux les albums photos et auront peut-être envie de faire pareil à leur tour.

Partager cet article
Repost0
6 octobre 2008 1 06 /10 /octobre /2008 06:28

                                                                       En ce moment.

Je viens d'entendre « douceur matinale et relative douceur dans l'après-midi » ce qui vous en conviendrez manque un peu de précisions et ne veut strictement rien dire. Comment pourrait-on qualifier la journée d'hier «  tempête relative ? » en tous cas ça soufflait bien fort et ce n'était pas la chaleur du tout, c'est pourquoi j'ai décidé de faire avec le poulet mes fameuses pommes de terres confites, celles que je secoue dans un torchon afin que le gros sel, de Camargue, les enrobe bien, celles que je retourne une à une, pendant une heure, d'abord à feu vif puis à feu doux, puis couvertes, un travail de titan pour qui n'aime pas rester dans la cuisine mais au final des pommes de terre sautées à 2 eus pièce ! (Expression familiale, avant le passage à ce p*tain d'euro nous disions « 100 sous l'une, maintant je ne sais plus).

A l'apéritif nous avons débattu des mérites comparés du rosé de Bandol et de Saint Maximin, mais tout cela reste du rosé, sans les glaçons et le soleil ...

Au dessert, compotée de pommes, (on ne dit plus compote) tiède surmontée d'une boule de glace café-caramel au beurre salé, ça en jette quand on l'écrit mais en fait c'est juste de la compote et de la glace.

Et comme annoncé, Barnaby pour finir. A ce propos, je tiens à présenter mes excuses à celles qui découvrent la série, grâce ou à cause de moi, l'épisode d'hier n'était pas représentatif.

Partager cet article
Repost0
5 octobre 2008 7 05 /10 /octobre /2008 06:48

Dans un monde où les certitudes sont de plus en plus incertaines, où les perspectives tiennent plus du flou que de la ligne droite, il est bon d'avoir quelques valeurs   refuges. 

L'anti-morosité par excellence, pour moi, est sans conteste possible, la petite croix, de celle que l'on aligne  à points comptés, sans compter ses heures qui passent comme des secondes, au fil des fils qui se croisent, l'esprit se vide de toutes pensées négatives, de tous les petits soucis et grands tourments, seul compte de compter les points, d'assembler les nuances et de se pâmer une fois encore devant le rouge, pas plus beau pour un abécédaire.

Autre possibilité, un bon livre, une biographie de peintre, un polar bien pervers, une saga romanesque, tout est bon pour oublier l'heure des infos.

La magie des séries vient ensuite, un petit coup de 2x2 épisodes des Desperates et la crise n'est qu'un lointain nuage à l'horizon, Dr Mamour et Meredith se séparent dans Grey's anatomy et c'est la cata assurée, je suis fan depuis la saison 1.

Le programme de la journée est donc bien simple, marché, poulet à faire cuire, déjeuner avec les 2 vacancières et Archi-mamy, un petit bavoir à finir pour le bébé d'un ami, (chaque petite croix m'emmènera en Algérie), une enquète de l'inspecteur Bosch à finir et Barnaby pour clore un dimanche ordinaire.

Je viens t'entendre à la radio les Beattles, le pied!!! Et juste après : Ecouter Mozart ferait baisser la tension, pas mélomane pour 2 sous je vais continuer à soigner ma tension avec un cachet par jour.

Partager cet article
Repost0
4 octobre 2008 6 04 /10 /octobre /2008 15:46


J'essaie une nouvelle manip afin que les "ceusses" qui naviguent avec IE

n'aient plus de soucis....


Leur voyage fut pire que dans mes prévisions, pluie battante, grêle, dés le Morvan, elle fûrent bien dans l'ambiance « automne-hiver ». La voiture chargée de charcuterie d'Olonzac vite vidée, chacune a repris sa place dans « son » fauteuil pour raconter leurs aventures et  méfaits (vol de plantes dans les jardins). Elles se sont bien amusées, reviennent ravies de leur quinzaine loin du quotidien et c'est bien ça l'essentiel, maintenant il faudrait que cet étât de grâce continue.

Si rien ne vient se mettre en travers de ce projet j'irais bien là, qui est partant pour que l'on s'y retrouve ? Cela devrait être intéressant et amusant...

Rien d'autres à raconter, rien de palpitant, hier c'était journée mousquetaires, lea*er, poste, pharmacie, et si l'on compte le matin 20 mn chez le boucher et pareil à la pharmacie, voilà 40 mn qui se sont diluées dans ma vie pour rien ou presque. Pomponeete a trouvé le livre que j'avais envie d'avoir dans ma bibli, lu il y des années j'ai voulu l'acheter au musée Renoir, mais personne à l'accueil, j'ai le renoncement facile par plus de 30°. Donc je vais le relire avec plaisir et le ranger soigneusement.

Partager cet article
Repost0