Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : le blog attentiontravaux.suite
  • : Famille, lectures, humeur du jour.
  • Contact

  • bricol-girl

visiteurs

Archives

Articles Récents

20 novembre 2007 2 20 /11 /novembre /2007 07:48
IMG-0627.JPG

La liste en main, la feuille partagée en 3 dans la longueur et la largeur pour « qui offre quoi et à qui », Maky, 3 pas derrière en pousse caddy, je m’étais préparée à un rude moment et bien pas du tout, peu de monde dans les allées, ambiance zen, pas d’enfants capricieux, j’ai pu en toute tranquillité chercher et trouver le Clone troopers battle pack, la panoplie de Jack Sparow, longuement hésité devant Dr Maboule mais non décidément c’est trop laid, peut-être amusant mais mon choix s’est porté sur un jeu de charades, nous adorons ça. Le point d’orgue de cet après-midi fut la visite à Déca***on. « Bonjour  monsieur, (charmant le jeune homme) je voudrais des gants de boxe pour enfant, oui quelle catégorie, ben grand-mère, prenez ma taille et ça ira bien. Je dois mettre à l’actif du jeune vendeur charmant et courtois qu’il n’a pas eu l’ombre d’un sourire moqueur, du coup j’ai pris la corde à sauter avec les gants. Nous voici donc à la tête de 3 paires de gants et toujours pas de sac de frappe, tant pis beaucoup trop cher pour que cela traîne dehors sous la pluie normande. Cette année je ne me prends pas la tête à faire des équivalences de grosseur de cadeaux, trop compliqué, à peu près la même somme pour chacun et le même nombre de paquets en gros. Autre bonne surprise dans la galerie marchande, le renfilage des colliers est  abordable trotteur.jpg

Maminette a son trotteur.

Partager cet article
Repost0
19 novembre 2007 1 19 /11 /novembre /2007 06:16
arlington.jpg

Mais 2 fois en 8 jours c’est beaucoup. Je hais Mozilla, et Firefox, je déteste cette manière des plus impolies qu’ils ont de me faire disparaître au moindre plantage tous mes marques-pages, que je continuerai à appeler favoris aussi longtemps que je pianoterai, je m’insurge vivement contre leurs façons de voyous et je rale, et je rouspète et les injures pleuvent, contre qui ? Mais la terre entière bien sûr. La visite sur google n’a pas adouci mon état d’esprit actuel, peu de chance de récupérer mes blogs, trop aléatoires les solutions proposées, j’irai plus vite en faisant fonctionner mes neurones et en sautant d’un blog à l’autre. Alors n’est-ce pas vous comprendrez que les problèmes sociaux actuels passent au second plan, j’ai d’autres chats à fouetter moi, des choses importantes à faire moi. Sachez par ailleurs qu’hier soir M6 sans m’avoir aucunement prévenu a supprimé de manière autoritaire une série que je suivais depuis 3 semaines, la vie ne m’épargne pas en ce moment, j’espère que des jours meilleurs m’attendent.
Autre livre bien tentant, 24 heures dans la vie de 4 femmes, chacune a le sentiment d'être passée à côté de sa vie, tentative de révolte, de résister à la banalité du quotidien mais est-ce bien là qu'il faut chercher?

Partager cet article
Repost0
18 novembre 2007 7 18 /11 /novembre /2007 09:44

arbre_rose..jpg                                                                 Pour changer des couleurs d'automne.
    

Ce matin je n’avais pas l’intention, parce que rien, vraiment rien à dire, de commettre le billet du jour mais c’est en constatant que le patinage artistique devait remplacer Barnaby que je sens le mécontentement monter en moi, étant sexagénaire je suis de la génération Zitrone, excès en tous genre, inflation des mots mais un spectacle à lui tout seul. Il est bien gentil le Nelson Monfort mais il ne fait pas le poids. En ces temps troublés de grogne  ma banderole aussi à sa place, je n’imagine pas que l’on nous rende Zitrone, tant qu’il sera mort il y aura peu de chance, non je manifeste simplement pour que les programmes de sieste du dimanche ne soient pas bousculés au point de me priver de 3 meurtres bien pervers, de cottage hyper cosy, de cup of tea à déguster le petit doigt en l’air et langue de vipère en guise de bienvenue. Je manifeste, je revendique et rien ne me fera plier, qu’on se le dise. Le mouvement se durcit d'heure en heure.

Bon dimanche à tous, car je sais qu’il y a de nombreux amateurs de patinage.

                                                    
Partager cet article
Repost0
17 novembre 2007 6 17 /11 /novembre /2007 06:05
Image1.jpg-infortun--e.jpg

Du foisonnant, du dense, de l’excentrique, du fantasque, de l’original, du romantique, du fin de race, de la veuve et de l’orphelin, du romantisme échevelé, des caractères originaux, bref c’est l’Angleterre en 1825, on habite un château de 300 pièces, les 250 serviteurs ne se connaissent pas tous bien sûr, on passe des bas-fonds de Londres à la verdoyante campagne des seigneurs, Rose est un bébé, Rose est une petite fille, mais Rose est un garçon, c’est embêtant mais nous promet 600 pages de dépaysement total, du Jane Austen à la sauce flamboyante, en un mot du bonheur.Cerise sur le gâteau l'une des héroïnes et non la moindre a pour prénom "Anonyma", rien que cela aurait suffi à me faire ouvrir le livre. Wesley Stace, l’auteur est plus connu sous le nom de John Wesley Harding, musicien il a joué avec Bruce Springsteen et Joan Baez.
Voilà le livre que je lis en ce moment délaissant
 broderie et ménage, mais il y a des urgences qui comme leur nom l’indique ne peuvent en aucun cas attendre.

Bon j’y retourne, la couverture sur les jambes, un carré de chocolat en train de fondre sur la langue, je devrais pouvoir tenir un bon moment, une pensée quand même pour les « usagers » comme il est d’ « usage » de les appeler, entassés sur les quais de gare attendant un hypothétique train.


Partager cet article
Repost0
16 novembre 2007 5 16 /11 /novembre /2007 06:27






paslesbonneschaussures.jpg                                                        Photo de Largo.


Je n’ai pas mis les bonnes chaussures ce matin, mais comme je n’ai qu’une paire  mes pieds sont souvent « hors sujet » Ce matin il aurait fallu que j’ai le choix entre « chaud et confortable » et « habillé mais pas trop ». Mais si je ne possède qu’une paire de chaussures, fidèles extensions de mes pieds, elles m’amènent exactement où je veux, bien que parfois elles en décident autrement, mais ceci est une autre histoire.
Il faut quand même préciser que ce ne sont pas des chaussures ordinaires, elles ont arpenté Manhattan en long en large et en travers, pendant 10 jours elles ont joué les touristes, musées, monuments, avenues, petites rues, elles ont tout vu, quartier chaud, à Harlem elles n’étaient pas très rassuré, quartier chic, devant le Dakota elles ont fredonné Imagine en pensant à John Lennon, en passant devant l’hôtel Algonquin elles ont senti le souffle littéraire des intellectuels des années 30, sur le pont de Brooklyn, elles étaient seules sous les bourrasques de neige, dans Central-park elles se sont reposées quelques instants en admirant les patineurs agiles,  elles ont marché  des journées entières s’imprégnant de toute l’énergie que dégage cette ville. Pendant ce séjour elles étaient les bonnes chaussures, montantes, souples, chaudes, parfaitement adaptées aux circonstances, pas comme ce matin.
Je n’ai pas mis les bonnes chaussures ce matin, le professeur de samba va encore me faire une réflexion désobligeante, mais je dois impérativement protéger mes pieds délicats et fragiles des attaquesintempestives et pesantes de Ginette. Elle est bien en chair Ginette, poitrine opulente et 2 pieds gauches, finalement j’ai mis les bonnes chaussures ce matin.


Participation à Paroles plurielles. Consigne 58 de Coumarine.

Partager cet article
Repost0
15 novembre 2007 4 15 /11 /novembre /2007 06:14

papouf-copie-1.jpgCaroline nous invite à montrer la poupée que nous préférions. Je ne me souviens pas si j’avais une préférée mais ce qui me revient en mémoire c’est le moment du coucher. Qui dira l’immense sentiment de culpabilité de la petite fille qui n’a pas couché et couvert sa ou ses poupées. Impossible de s’endormir le cœur léger, là par terre, les jambes en l’air la petite délaissée a froid, mais la fillette est si bien au creux de l’édredon qu’elle ne va quand même pas se lever pour mettre au lit 500 grammes de bakélite inanimée. On se tourne et retourne, rien à faire le sommeil ne viendra tant que son devoir de future maman ne sera pas accompli. Et c’est ainsi que même la plus garçon manqué qui soit ne peut se coucher sans avoir bordé ses filles.

Ma parole c’est dans les gènes, les chromosomes mémoires où je ne sais quoi ! A-t-on jamais vu un petit garçon se mettre au lit après avoir sorti la poubelle ? Au pire il mettra sa petite voiture au garage mais jamais avec une couverture dessus.

55 ans plus tard je ne me couche jamais sans avoir fait la tournée des chambres. Il faut rentrer la jambe d’Henri, recouvrir Victor qui dort avec une extrème application, pour Arthur il faut supposer qu’il est bien dans son lit car on ne voit rien, à peine une forme aplatie. Quant à Eugénie la turbulette me prive du plaisir de la recouvrir. Je suppose que la femme des cavernes en faisait autant, allant au jugé remettre une peau de bête sur un enfant agité de rèves de mamouths.

N’ayant pas de photos de ma poupée j’offre à vos regards ebahis le dénommé Papouf qui a fait le bonheur de Fille Unique pendant des années, il est hideux et me sert de mannequin pour Eugénie. la photo est moche aussi.

Partager cet article
Repost0
14 novembre 2007 3 14 /11 /novembre /2007 06:19
arbre-d--nud--.jpg

C’est tout ce que je demande pour Noël et même pas pour moi.

Sérénité, insouciance, zenitude sont les ingrédients qui depuis quelques années manquent cruellement à Fille Unique, et je ne parle pas du temps, denrée rare entre toutes, je ne parle pas de la monnaie sonnante et trébuchante, elle ne sait même plus à quoi ça ressemble. Il y en a un en ce moment qui  fait son crédo de la formule « Travailler plus pour gagner plus » Je veux bien mais il faudrait avoir des journées de 36 heures dans ces conditions. Donc tout va bien dans le meilleur des mondes en Normandie, plus ça travaille moins ça gagne, cherchez l’erreur il y en a sans doute une quelque part. Moi ça me fîche en rogne, ça me bousille !
Mais Fille Unique en plus d’être UNIQUE est formidable, toujours le sourire ravageur, toujours d’humeur égale, jamais une plainte. Bien protégée par la tendresse de ses enfants et de son compagnon, elle porte bien haut comme un étendard un optimisme apparent. A mon baromètre personnel je peux mesurer rien qu’à son « Allo maman » si l’étendard est en berne ou pas, ça c’est quand le téléphone fonctionne, quand il est silencieux c’est bien mauvais signe.
Difficile d’aller plus bas, quoique tout est possible, alors il ne reste plus qu’à donner un bon coup de talon au fond de la piscine et remonter vers des cieux plus cléments. Ca existe ?

Partager cet article
Repost0
13 novembre 2007 2 13 /11 /novembre /2007 06:19
paul1.jpg

Peuvent aller se rhabiller, ils ne sont rien à coté de Paul. Ayant eu hier après-midi des velléités de rangement dans la bibliothèque, la malchance a voulu que je tombe sur la bio de Paul Newman, textes courts mais photos nombreuses, d’un seul coup son regard bleu d’acier a illuminé la grisaille de novembre et en parfait accord avec moi-même j’ai décidé à l’unanimité que Paulo, pour les intimes, était et de loin le plus beau, le plus charmeur, le plus se*y le plus tout et plus encore. Je ne suis pas fan au point de me cacher la vérité, il lui manque quelques centimètres, mais cela ne gâche rien. Je me demande bien ce qu’il devient en ce moment, aurait-il un ventre trop rebondi à la bière à cacher ? Une calvitie disgracieuse à dissimuler ? Rien de grave j’espère. Nous sommes quelques unes, inconditionnelles de la première heure à ne pas vouloir admettre que comme tout un chacun il n’est pas immortel. Qu’il ne se presse pas d’aller aux paradis des vieilles gloires d’Hollywood, car c’est ce jour là que je prendrai un sacré coup de vieux, quand les idoles de notre jeunesse quitte les feux de la rampe ce n’est pas bon signe et puis je n’ai encore pas choisi le remplaçant, mais y en a t-il un au moins?paul2-copie-1.jpg

Partager cet article
Repost0
12 novembre 2007 1 12 /11 /novembre /2007 06:18
vieux-m--tier.jpg

J’entends à la radio Pierre Péret évoquer les vieux métiers. Suis-je donc si vieille pour en avoir connu quelques uns ? Sans doute mais je ne le sens pas.

Je me souviens très bien avoir entendu de nombreuses fois  « Peau d’lapins » L’homme qui s’annonçait ainsi semblait toujours vieux, sale et habillé de hardes qui n’avaient pas souvent vu l’eau claire. Chapeau informe et baton dans la main complétaient sa panoplie de "Marchand de peaux de lapins". De sa musette dépassait toujours une ou deux pattes de lapin, l’ensemble du tableau était propice à faire peur aux enfants.

Le marchand donc passait de maison en maison pour ramasser les peaux de lapins à une époque  encore où chaque jardin avait son poulailler et son clapier. Surtout ne pas se fier à l’air misérable du bonhomme, j’en ai connu un qui a fini avec le titre de « plus grand antiquaire de la région. » Je ne me suis jamais posée la question de savoir ce qu’il faisait de ces peaux !

Qui de nos jours ferait refaire un matelas, à l’heure du tout consommable et du sommier à lattes les matelas de laine n’ont plus cours ou si peu…Et bien moi j’ai vu le matelassier arriver le matin de bonne heure, sortir de la maison matelas et sommier. Travail énorme que de tout mettre à nu, retendre les ressorts, clouer la toile,éventrer le matelas, sortir la laine, la changer et même parfois la carder sur place, oui j’ai vu ça  et je dois être effectivement d’un autre siècle.

J’ai connu également l’ancètre du VRP, on disait à l’époque « voyageur de commerce » Plié en 2 sous le poids des valises renfermant des trésors pour les femmes vivant à la campagne, sans voiture. Linge de table, de toilette, drap pour le trousseau, à broder bien sûr, laine, tissus au mètre, ustensiles de cuisine, « ultras modernes », le tout venant directement de Saint-Etienne via Paris évidemment. Si ce n’est pas un peu parisien cela ne vaut même pas un coup d’œil.

Non je n’ai pas coexisté avec le ramasseur de bouts de cigares, ou alors dans une autre vie, mais le repasseur de couteaux et ciseaux avec sa meule à roulettes oui et d’ailleurs on en voit encore quelques uns.

Avez-vous aussi des souvenirs de vieux métiers disparus.

Partager cet article
Repost0
11 novembre 2007 7 11 /11 /novembre /2007 06:31
fbleau.jpg

Au détour d’une phrase au cours d’une conversation animée et intello au possible, je râle que mettre des minuscules et majuscules pour les codes de certains hébergeurs est souvent très agaçant et demande de refaire plusieurs fois la manœuvre. En tant qu’ancienne blogueuse avertie Heure Bleue du même ton un peu désabusée que ses billets me dit comme une évidence « Inutile de se torturer avec ou sans les majuscules ça marche » Je ne la remercierai jamais assez pour cette précision de la plus haute importance. Je me promène à présent en toute sérénite chez les amies de 20 six, le cœur léger et une pensée pour la blonde raphaèlique.

Finalement à quoi peuvent bien servir ces codes, si j’en avais la possibilité je n’en mettrai pas chez moi. La mode est aux codes, notre vie codifiée se résume en fait à quelques lettres et chiffres qu’il vaut mieux ni confondre ni oublier. Je me suis trouvée tellement bête le jour où venant de faire le plein d’essence, au moment de taper ce fameux code, le trou noir. Heureusement je suis un peu connue dans mon village… Avec internet ma collection de codes a bien augmenté.  Et tout à l’heure pas besoin de language chiffré pour acheter quelques légumes sur le marché.

Code du jour : « écrire pour ne rien dire »

Partager cet article
Repost0