Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : le blog attentiontravaux.suite
  • : Famille, lectures, humeur du jour.
  • Contact

  • bricol-girl

visiteurs

Archives

Articles Récents

16 mars 2007 5 16 /03 /mars /2007 06:35





















  Août 1914.

 Odette a 17 ans, elle est en Angleterre depuis 2 mois, elle a appris l’anglais  à jouer au tennis, pesté contre la pluie, espéré de pouvoir affronter des joueurs plus chevronnés qu’elle, entretenu une correspondance quotidienne avec sa maman, dans les yeux de nouveaux amis elle s’est trouvée jolie, entendu les menaces de guerre, s’est fait du souci pour son frère Robby et  bien cru ne jamais pouvoir revenir en France.


Chérie Maman.

Me voici à Paris après bien des péripéties que je te raconterai, mon cœur bondit de joie et de reconnaissance envers Dieu qui m’a donné la joie de pouvoir prendre le dernier bateau.
Je partirai samedi en auto avec tante Maggy pour Grainville, si tu ne comptes pas rester à Grainville envoies-moi une dépêche et je t’attendrai ici : après tout ce que j’ai entrepris pour te retrouver, laisse moi vivre auprès de toi, mon devoir est prés de toi, et à moi tu confieras tes inquiétudes que tu ne confierais pas à quelqu’un de la famille même pas à grand-maman, et à toi seule mon cœur pourras faire part de ces inquiétudes
Je ne sais rien de Robby, en tout cas il ne peut pas s’engager tout de suite, il pourra venir nous embrasser à Grainville. Pour le moral il est peut-être préférable d’être à Paris, il règne un tel calme et un tel enthousiasme que l’on a confiance et qu’on se sent prêt à tout. Je ne suis plus une petite fille : voyagée seule en temps de guerre vous mûrit, je suis habituée à me rassasier car je suis restée un jour sans manger. J’aurai bien des choses à te raconter, drôles même au milieu de cette tristesse.
O. Fernand part demain matin à 10 heures, il est épatant ! c’est lui qui s’occupe de tous ses parents et amis, et c’est lui qui s’est procuré le passeport pour l’auto. Oncle Pierre n’est pas encore habillé, il m’a très bien accueilli et sont si gentils pour moi ! Les femmes se montrent dignes des hommes.
Prépare-moi un bon lit car je suis fatiguée et sois à Grainville quand j’arriverai, l’espérance seule d’avoir un baiser de toi me soutient.
Nous serons tellement mieux à Grainville, c’est plus facile de se nourrir à la campagne.
Je pense que tu dois être bien contente de mon retour ma calinette, il paraît que tu es mieux loin de moi ! Je ne peux le croire.
La vie coûte cher et il faut de l’argent pour vivre à Paris, à Grainville nous aurons ce souci en moins, attends-moi ma bien-aimée.
On commence à avoir tout le temps faim !

Ton Odette.

4 longues années douloureuses commencent pour Odette et sa famille, les papiers à lettre bordés de noir vont ressortir des tiroirs, les hommes dans les tranchées vivront l’enfer en croyant une fois de plus que cette guerre est la dernière…

Partager cet article
Repost0
15 mars 2007 4 15 /03 /mars /2007 08:09

Effet positif des journée printanières une ardeur nouvelle et bienvenue semble couler dans nos veines, nettoyages, rangement, éliminations d’encombrants cartons, intenses réflexions quant à l’utilité de garder tel ou tel objet, conseil de famille pour ne pas prendre de décisions à la légère afin de décider si cette année enfin nous allions jeter le bout de truc qui ne sert à rien, le machin cassé invendable même sur ebay, et bien oui deux fois oui nous avons pris de grandes décisions dans ce domaine hier et avant-hier, ma voiture est pleine de cartons eux-mêmes pleins de vieux papiers et ce sera le premier voyage à la décharge de l’année. Pas le dernier car Maky après aussi de nombreuses hésitations a décidé d’acheter une attache de remorque, elle est commandée. La remorque nous l’avons, c’est presque un collector, imaginez qu’elle a été fabriquée par ses élèves, sous ses directives quant il était prof dans un collège technique pendant un temps très court.
Les tomates sont douilletement installées devant une des fenêtres du salon, à côté de la commode Louis XIV, c’est la touche finale qui manquait, oh et puis il faut savoir sacrifier à la déco momentanément si l’on veut déguster des salades au dessus de tout soupçon quant aux engrais. J’assume.
Habituellement le jeudi je vous parle de mes ancêtres, ce matin mon texte ne me satisfaisait pas vraiment, je le peaufine pour demain.

Partager cet article
Repost0
14 mars 2007 3 14 /03 /mars /2007 10:45

Ici Radio Voltaire, nous interrompons nos programmes pour un flash d’informations de la plus haute importance, notre correspondant local nous apprend à l’instant même que l’heure est grave, un profond désaccord vient de surgir au sein de la famille Bricol, un point de vue radicalement divergent oppose Bricol-girl à son époux, une cellule de crise est sur le point de se mettre en place, les psychologues les plus chevronnés sont invités à se rendre sur les lieux au plus vite, la ligue des  jardiniers amateurs est déjà devant la maison des protagonistes, une chaîne de soutien vient de se former, les porteurs de pancartes affluent de tous côtés, le mécontentement gronde, deux manisfestations se mettent en formations. Nous ignorons encore le pourquoi d’une telle agitation, je vais tenter d’en savoir un peu plus en me faufilant auprés de Sister qui doit bien savoir quelque chose.
Chers auditeurs après une progression extrèmement difficile je suis en mesure de vous dire qu’effectivement rien ne va plus dans ce couple exemplaire, en deux mots je vous résume la situation.
Bricol-girl veut mettre les caissettes de semis de tomates au salon qui est une vraie serre mais Bricol-man ne veut absolument pas en entendre parler, son épouse drapée dans sa dignité de femme gravement offensée lui a rétorqué qu’elle se désinterréssait de la chose, que cela finirait par l’achat de plants de tomates et que de toutes façons Papy ne procédait pas autrement, ceci étant dit elle est allée se faire une tasse de thé. Pour l’heure les tomates sont dans l’entrée, à notre avis elles n’auront pas assez de chaleur ni de lumière. La situation est bloquée.
Allons-nous pouvoir suivre avec le même intérêt la pousse de ces pommes d’amour, bien mal nommées ce jour, comme nous l’avions fait l’été dernier là est toute la question !
Les tenants du salon sont sous les fenêtres avec leurs banderolles, les partisans de l’entrée leur font face, les insultes ne sont pas loin, la circulation est détournée, la tension est à son paroxysme, nous vivons des instants de grande dramarturgie. Chers auditeurs je suis contraint de rendre l’antenne et vous donne rendez-vous pour le prochain flash. Nous vous invitons à donner votre avis au cours de notre émission « Les auditeurs ont la parole » mais hélas on me dit dans l’oreillette que le standard vient de sauter…

Partager cet article
Repost0
13 mars 2007 2 13 /03 /mars /2007 08:05

 

C’est ce que nous dit la météo ce matin, il fera une journée de mai quand il fait beau,  nul doute que les esprits chagrins diront en hochant la tête : « On va le payer , on va le payer » Peut-être mais en attendant se lever avec le soleil, aller à la piscine en tenue légère, voire l’explosion des bourgeons et envisager de manger dehors, c’est bien agréable, oui, oui, je sais nous manquons d’eau, pollution sur Paris aujourd’hui, les bébés et les personnes agées respirent mal, mais je me réjouis malgré tout de ces belles journées qui vont nous ramener les hirondelles un peu plus tôt, faire baisser le prix des salades, ça c’est moins sûr, la laitue au prix du caviar ou presque c’était en décembre.
Hier piscine avec Cerisette, un peu de monde surtout des forcenés qui enchaînent les longueurs de bassin sans se préoccuper des moins rapides dont nous faisons partie, virage à droite, à gauche il faut se garder de tous les côtés pour ne pas finir assommées par un bras ou une jambe, le tout sous l’œil endormi du maître nageur qui regarde plus la pendule que les enfants dans la pataugeoire, enfants laissés sans surveillance par une mère jouant les Manaudou.
Un peu plus active que les autres jours en ce qui me concerne, il y a du rangement en retard, Maky toujours avec sa chasse d’eau.
L’autre soir il a vécu un grand moment de tendresse dans l’atelier, Monsieur Crapaud est sorti de sa période d’hibernation et pour fêter les beaux jours qui reviennent, direct dans la main de Maky, toujours aussi minuscule le batracien, je ne sais pas s’il va apprécier les travaux qui vont transformer son domaine, nous aurions du lui en parler avant d’abattre le mur.

Partager cet article
Repost0
12 mars 2007 1 12 /03 /mars /2007 10:21

                                                Quelques photos de Normandie.

Pour  satisfaire à la demande de Marie je réponds volontiers à ce petit questionnaire, mais avant je dois vous dire qu'hier Barnaby n'a élucidé aucun crime horrible il devait sans doute participer au Paris-Nice par conséquent pas de sieste réparatrice mais à la place mon idole de la raquette celui que les moins de 20 ans ne connaissent que comme chanteur, celui qui me faisait tant souffrir à Roland Garros quand il se prenait une valise sur le pied avant un match, celui qui me faisait baver en enlevant son polo pour exhiber un torse magnifique, et je ne parle même pas de son joli petit fessier bien serré dans un short blanc, ah Yannick tu m?en as donné des frissons, depuis que tu es parti pousser la chansonnette je regarde beaucoup moins le tennis à la télé, mais hier 2 heures avec toi c?était un retour vers les années 80, un bon dimanche donc.

A part ça une première fois : lessive étendue dehors, quand on vit au nord de la Loire c'est à marquer d'une pierre blanche.

Pendant ce temps Maky avait remis sa casquette de Bricol-man, intervention dans les toilettes, oui oui, toujours les mêmes, cette fois-çi c'est la chasse d'eau qui est récalcitrante, maintenant nous avons en lieu et place des 2 poussoirs une jolie tringle en fer de 30 centimètres, très élégante mais provisoire?

Et le programme d'aujourd'hui va en passionner plus d'un : mise en place dans une caissete de polystirène des graines de tomates pour qu'elles se transforment en petites pousses vertes qui seront mises en pleine terre plus tard. En attendant la caissette trônera devant les fenêtres du salon où le soleil chauffe de midi jusqu'au soir, pas très décoratif mais effet de serre garanti.

 

A) Quatre jobs que j'ai faits dans ma vie :
Educatrice.

Antiquaire.

Commerciale dans la pub.

Négociatrice en immobilier.

 

B) Quatre films que je regarderais encore et encore : 4 ce n?est pas assez.

 Mogambo.

Les enfants du paradis.

Excalibur.

Aviator.

Les tontons flingueurs.

Philadelphia. Et tant d?autres.

 

C) Quatre endroits où j'ai vécu  
Olonzac, Hérault.

Au milieu des bois en Seine et Marne.

Rouiba en Algérie.

Souppes/loing.

 

D) Quatre émissions/séries de télé que je regarde en ce moment :
Kamelot, tous les soirs
Palette. (je crois que ça ne s?appelle plus comme ça)
FBI portés disparus.

Service après vente bonjour sur C+

 

E) Quatre endroits où je suis allée en vacances :
Valras parce que c?est l?enfance

En Grèce, temples et mer vont bien ensemble.
Cabourg, pas très chaude l?eau mais une ambiance.

New-York pour vérifier mes lectures et films, tout est conforme.

 

F) Quatre sites que je regarde chaque fois que je navigue sur Internet :
Les liens du blog et ceux des autres, toujours des surprises agréables.
Google.

Les visites de musées en panoramique.

Ebay.

 

G) Quatre choses que j'aime le plus manger 
Pain.

Beurre.

Chocolat.

Pêche bien juteuse qui coule le long du bras, au grand désespoir de maman.

 

H) Quatre endroits où j'aimerais être en ce moment :
Plage privée à Ste Maxime à 18 h quand tout le monde déserte.

Ce soir dans mon lit.

Au jardin,entrain de regarder  béatement les petits se baigner dans la piscine cet été.

A New-York, au Starbuck de l?Empire entrain de boire un café à la noisette.

 

I) Quatre personnes qui voudront bien reprendre ce questionnaire à leur compte : A votre bon vouloir.

Partager cet article
Repost0
11 mars 2007 7 11 /03 /mars /2007 08:54


En ce cinquième dimanche avant Pâques et l’arrivée des cloches et des hirondelles, je suis en vrac, j’ai 100 ans et n’attends qu’une chose, oui vous avez deviné, j’attends Barnaby pour entrer dans un sommeil profond et peut-être réparateur.
Hier nous avons avons passé une excellente soirée chez des amis qui savent recevoir, ambiance au beau fixe, un buffet énooooooooorme, des crimbles salés divins, un gâteau au chocolat de même, juste une petite contrariété pour moi, la jupe que j’avais prévu de mettre et qui, point essentiel était censée gommer les rondeeurs de mes fesses, et bien cette jupe a été prise au contact des bas en lycra d’une frénésie électro- statique qui m’a empêché de faire la belle et la mince. Ca c’est vraiment du souci, quelqu’une d’entre vous aurait-elle un truc pour remédier à cela ? C’est d’une importance capitale vous en conviendrez.
Sur les coups de minuit une trentenaire encore bien en forme nous a proposé de jouer au Burger King, jeu idiot par excellence mais dispensateur de fous rires même pour moi qui n’aspirait qu’à tirer ma révérence, révérence que j’aurais été bien incaple de faire devant la Queen tant mes jambes étaient raides, reste de mes quelques jours de grimpette d’escabeau.
Aujourd’hui, papa, le fils d’Odette aurait 86 ans, Sitter lui aurait fait un gros gâteau et il aurait dit en bougonnant un peu : « Mais non je ne veux rien, vous étes là c’est tout ce qui compte » Il a été le premier à entrouvrir la porte de l’inconnu, 3 autres ont suivi de prés, 3 autres qui aurait porté haut les couleurs de Maminette tels des chevaliers servants-esclaves consentants.
Pas de nostalgie, ce matin  le caddy du marché m’attend et comme il ne fait pas très chaud Pomponette n’ira peut-être pas avant moi, donc 2 listes, 2 porte-monnaies, un bon café avant pour désembrumer les neurones et c’est parti !

Partager cet article
Repost0
10 mars 2007 6 10 /03 /mars /2007 08:25


Un micro-ondes calé avec une calculette, une bouilloire électrique dans la bergerie pour faire chauffer le lait des agneaux, un lapin qui fait la course avec le chien Léon, un N° 3 qui dort avec les fîches techniques sous son oreiller, un N° 2 qui habituellement ne prend jamais la parole à table et qui le dernier soir raconte en long et en large l’histoire de Mélanie Pilou (je n’ai rien compris), un N° 1 ivre de fierté à l’idée d’interpréter le rôle d’Homère au spectacle de fin d’année et qui vous regarde d’un air apitoyé parce que vous ignorez l’éthymologie du mot Egée, une Maminette qui est sage comme un cœur et devient bien jolie, sauf pour les cheveux qui partent dans tous les sens.


Une Fille Unique qui vous a dit : « maman tu peux venir placer le tissu tout est prêt » et rien n’est prêt, un Mr Gendre qui va des vaches aux moutons en passant par les brebis avec une pause sur son site préféré de ventes aux enchères, 19 K7 de James Bond pour 1 eus le tout qui arrivent et font le bonheur des garçons, une Maminette qui a choisi définitivement son camp : son père et grand-père, une aide ménagère qui malgré l’ampleur de la tâche à accomplir en une heure passe son temps à embrasser la petite entre deux coups de chiffons, et pour finir une Mab épuisée par l’ascension et la descente de l’escabeau 100 fois par jour, par la table des 8, la fondation de la démocratie en Grèce et le tourbillon incessant qui règne dans cette maison. Sans parler de Léon qui s’est sauvé pendant 2 heures, de l’agneau qui est mort sous les yeux experts en placenta (la peau blanche) de N° 3, et de son air de maquignon quand il dit à Maky : « cette vache c’est la mienne, elle aura bientôt des bébés, le taureau monte dessus ».

Au final un excellent séjour, j’ai mené à bien ce qui était prévu, fait plus ample connaissance avec Maminette, constaté que c’est bien vrai elle est est très sage, vu et papoté un peu avec Fille Unique, profité des garçons, et contente de retrouver mon lit et mon PC, je vais passer la journée à lire vos aventures, ce soir nous mondanisons, la vie reprend son cours normal.

Partager cet article
Repost0
8 mars 2007 4 08 /03 /mars /2007 09:37
Aprés une journée épuisante, faite de rires, d'agrafes qui ne rentrent pas dans le mur, de machine à coudre capricieuse, de révision de mots, compter avec un P, tronc avec un C, de vocabulaire d'anglais, et la diférence entre pistil et étamine, le tout ponctué des commentaires de Maminette et des allers et retours de N° 3 qui a passé la journée en manches courtes à arpenter les hectares sur son vélo, changer de bottes 30 fois par jour, j'ai retrouvé mon lit d'emprunt avec plaisir, une bonne douche, 2 cachets pour la douleur, un pour les crampes et un lexomil pour ne pas penser aux éventuelles souris, nous sommes à la campagne, ce matin je suis dans la grande maison vide de ses occupants, Maminette dort dans le salon, et j'ai   abandonné pour un bref moment l'agrafeuse, et le balai pour donner des nouvelles, tous ces petits détails inintéressants surtout pour Sister et Pomponette. J'attends une livraison de graines, quelques tonnes, l'aide ménagère fait les vitres et les parents sont partis pour la journée. Du calme... Quand Maky aura émerger il emmenera la petite faire une promenade, elle lui fait beaucoup de sourires, je dois préciser que sa poussette tient plus de la moto de trial que du landeau anglais...vive la gadoue.
Bon je l'entends qui se réveille, le bain, une tenue propre et rose, les cheveux ondulés bien coiffés et la miss sera fin prête pour les photos. Je dois dire que les sourires sont plus particulièrement déstinés aux hommes de la famille, Maky n'en peut p^lus de fierté.
Partager cet article
Repost0
7 mars 2007 3 07 /03 /mars /2007 13:41
Pas de photos et pourtant il y aurait de quoi, entre la pluie diluvienne d'hier, les 4 phénomènes en pleine forme et surtout Maminette à qui je laisse la parole.

Sous un rideau  de pluie la secte des adorateurs est arrivée hier avec une voiture digne de celles qui embarquent à Marseille pour Alger... Celui qui se prend pour le grand-père le plus célèbre me regarde avec un air frisant celui du ravi de la crèche, l'autre celle qui se prend aujourd'hui pour une ta   pissière décoratrice prend  un air de suspiscion, elle semble vouloir vérifier que tout fonctionne bien chez moi, oui tout marche au poil.
Ils ont admiré la nouvelle salle à manger c'est vrai qu'elle est superbe, digne d'un de figurer dans "Côte Ouest", La couleur du soubassement est magnifique, les parents ont bien travaillé.
Maky a monté les lits superposés, hier soir N° 1 est allé dormir avec eux, moi je suis restée dans mon lit, bien tranquille.
Ce matin il y a un beau soleil c'est ça la Normandie, les 4 saisons dans la même journée.
 Mab a un problème de tension, pas artérielle, non de fil dans la machine à coudre  mais elle pense que ce soir il y aura bien 3 murs habillés.
Demain les parents partent toute la journée, je n'ai pas encore décidé si je vais dormir ou pleurer, en principe avec les autres grands-parents je choisis de pleurer un maximum.
Bon je vais dormir et vous repasse la travailleuse.
Toujours bavarde la Maminette.
Tout va bien, l'ambiance est à la détente moral car pour le boulot c'est dans tous les coins que ça s'active, un agneau mort, N° 3 m'a tout expliqué en détails, il n'avait pas la peau blanche quand il est sorti de la brebis et c'était une infection, bien pour le café ces explications étaient superflues...
MR Gendre s'active un peu partout, un petit coup d'électricité par çi, un coup d'enduit par là, une leçon de morale entre deux, un coup de peinture, l'apéritif et nous passons à table.
Je n'aurais pas le temps de vous répondre, ni d'aller vous voir, je le regrette bien.
Partager cet article
Repost0
6 mars 2007 2 06 /03 /mars /2007 06:37




Obéissante comme je suis je m'acquitte du questionnaire de Maurice, n'y cherchez surtout pas une bonne recette mais personne n'est jamais sorti de table chez moi ni avec la faim ni avec la soif. Bonne dégustation.
Si vous étiez coincé(e) sur une île pour le reste de votre vie, et que vous ayez à choisir une seule cuisine (française, italienne...), laquelle adopteriez-vous ? Pourquoi ?


Française sans aucune hésitation et pour être plus précise celle de Pomponette.

Quel est l'aliment ou le plat le plus inhabituel que vous ayez goûté ?

 Inhabituel, je ne m’y risque pas. Pas courageuse la bricol-girl.

Quel est l'aliment ou le plat le plus inhabituel que vous ayez goûté et aimé ?
J’aime bien machouiller des herbes dans la campagne.


 Quels aliments évitez-vous de manger (que ce soit à cause d'allergies, d'un régime alimentaire précis ou juste parce que vous n'aimez pas) ?
Le boudin.

Est-ce que vous cuisinez ?

 Bien obligé de nourrir l’homme.


Quel est le plat que vous préparez lorsque vous souhaitez faire plaisir ?

J’en ai 2 que je réussis, le bourguignon,  le pot au feu et l’été un méli -mélo de tomates, aubergines, poivrons et tout ce qui traîne dans le frigo.

Lorsque vous allez au restaurant, quel plat préférez vous choisir ?

Ca dépend du restaurant.

Au restaurant, avez-vous déjà demandé à ce que l'on vous change un plat ou un vin ?

Non je n'ose pas et puis c'est si bon de raler.

Organisez-vous de grands repas pour le plaisir de cuisiner ?

Grandes réceptions, réveillons, anniversaires, je m'occupe de la déco et abuse des compétences culinaires des autres.

Quel est l'aliment dont vous ne pourriez pas vous passer ?

Pain beurre chocolat.

Si le PC normand est en état de fonctionnement Maminette sera là demain pour vous conter en détails le séjour de ses admirateurs.

Partager cet article
Repost0